Etats-Unis : Un couple porte plainte contre une clinique spécialisée en FIV après un échange d'embryons

PROCREATION Les embryons de deux couples ont été échangés et implantés dans la femme qui n’était pas la donneuse de l’ovule

20 Minutes avec agences
— 
Une fécondation in-vitro à Londres, en 2013 (illustration).
Une fécondation in-vitro à Londres, en 2013 (illustration). — Sang Tan/AP/SIPA

Leur bébé n’avait pas de lien génétique avec eux. Un couple de Los Angeles (Etats-Unis) a porté plainte lundi contre une clinique spécialisée dans la fécondation in vitro (FIV) après s’être rendu compte que deux ovules fécondés avaient été échangés et qu’ils avaient donné naissance à l’enfant d’une autre famille.

La FIV consiste à inséminer en laboratoire un ovule avec un spermatozoïde, l’ovule fécondé étant par la suite réimplanté dans l’utérus de la mère. Mais lorsque Daphna et Alexander Cardinale ont vu leur nouveau-né pour la première fois, en septembre 2019, ils ont tout de suite remarqué que la petite fille avait la peau et les cheveux plus foncés que le reste de la famille. « Des tests génétiques ont révélé que le bébé qu’Alexander et Daphna avaient mis au monde et élevé pendant plusieurs mois n’avait pas de lien génétique avec eux. Leur bébé était l’enfant biologique de parfaits étrangers », indique le cabinet d’avocats Peiffer Wolf.

Les deux couples échangent leurs enfants

Selon la plainte déposée, les embryons de deux couples ont été échangés, vraisemblablement par négligence, et implantés dans la femme qui n’était pas la donneuse de l’ovule. Après la découverte de cette erreur, les deux couples ont fait connaissance et ont décidé de reprendre la garde de leur enfant génétique, un échange désormais officialisé par les tribunaux.

Mais l’erreur a laissé des traces et des souffrances, argue le couple Cardinale dans sa plainte, qui demande des dommages et intérêts. « La naissance de notre fille aurait dû être l’un des moments les plus joyeux de ma vie. Mais j’ai été tout de suite secoué et perturbé par le fait que je ne la reconnaissais pas », a déclaré Alexander Cardinale. « Lorsque la vérité est apparue, échanger les enfants a rendu les choses encore plus bouleversantes. Perdre l’enfant que vous connaissez pour l’enfant génétique que vous ne connaissez pas encore, c’est vraiment un cauchemar impossible », assure-t-il.