Congo : 40.000 hectares de forêts plantés pour séquestrer des tonnes de carbone

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Les arbres plantés permettront de capter les gaz à effet de serre dans l’atmosphère et de les stocker, constituant ainsi des puits de carbone

20 Minutes avec AFP
— 
Une forêt en France (image d'illustration).
Une forêt en France (image d'illustration). — RAPHAEL BLOCH/SIPA

Pour lutter contre le réchauffement climatique, le Congo-Brazzaville va planter 40.000 hectares de forêt en vue de séquestrer plus dix millions de tonnes de carbone, selon le ministère de l’Économie forestière.

Ce projet, dénommé « BaCaSi », va se développer sur de vastes étendues de terres arables, près de la localité de Ngo dans le département des Plateaux, dans le centre du pays.

Dix millions de tonnes de carbone en 20 ans

Le Premier Ministre Anatole Collinet Makosso a donné le coup d’envoi du projet dimanche. « Il s’agit d’un projet d’envergure, le tout premier du genre en Afrique (…) », s’est réjouie Rosalie Matondo, ministre de l’Économie forestière, affirmant que les 40.000 hectares de forêts permettront de séquestrer 10 millions de tonnes de carbone sur une période de 20 ans. Les arbres plantés permettront de capter les gaz à effet de serre dans l’atmosphère et de les stocker, constituant ainsi des puits de carbone. Au moins 5 % des plantations serviront à des activités agroforestières, avec l’objectif de créer un millier d’emplois directs.

Le projet dont le coût n’a pas été révélé, est financé par le groupe pétrolier français Total qui exploite près de 70 % des hydrocarbures dans le pays. Son démarrage coïncide avec la tenue de la COP26 à Glasgow, où le Congo a plaidé pour le financement du Fonds bleu pour le Bassin du Congo, une initiative destinée à préserver le second réservoir de carbone au monde. En 2011, le Congo avait aussi lancé un Programme national d’afforestation et de reboisement (Pronar) qui visait à planter un million d’hectares de forêts d’ici 2020. Son bilan n’a pas été rendu public.