COP26 : Une ministre israélienne en chaise roulante refusée à l’entrée, faute d’accès PMR

HANDICAP Le Premier ministre israélien a menacé de ne pas se rendre mardi aux activités de la COP26 si Karine Elharrar était privée d’accès à la conférence sur le climat

M.F avec AFP
— 
La ministre israélienne de l'Energie Karine Elharrar s'est vue refuser l'accès à la COP26 lundi 1er novembre 2021.
La ministre israélienne de l'Energie Karine Elharrar s'est vue refuser l'accès à la COP26 lundi 1er novembre 2021. — Alberto Pezzali/AP/SIPA

S’il était demandé d'être vacciné pour participer à la COP26, il n’était visiblement pas recommandé d’avoir un handicap. La ministre israélienne Karine Elharrar s’est vue refuser lundi l’entrée au sommet mondial pour le climat à Glasgow pour la seule raison qu’elle se déplaçait en fauteuil roulant. En effet, les responsables de la sécurité n’ont pas laissé son véhicule adapté accéder au site et ce, malgré des efforts « pendant deux heures » du bureau du Premier ministre israélien pour négocier son accès, a indiqué la porte-parole de la ministre de l’Energie.

Selon des médias britanniques, Karine Elharrar n’a pas pu accéder au site parce que les bus assurant les navettes au site n’étaient pas équipés pour recevoir des fauteuils roulants. Outré, le Premier ministre Naftali Bennett a menacé de ne pas se rendre mardi aux activités de la COP26 si sa collègue était privée d’accès à la conférence sur le climat.

Une rencontre avec Boris Johnson mardi

« Il est triste de voir que l’ONU, qui promeut l’égal accès pour les personnes avec des handicaps, n’est pas en mesure, en 2021, d’assurer l’accessibilité à cet événement », a écrit la ministre sur Twitter. « J’espère que les leçons nécessaires seront tirées et que je pourrai (mardi) faire la promotion des énergies vertes », a-t-elle ajouté.

Une source au sein de la délégation de Naftali Bennett a indiqué que celui-ci avait soulevé le problème auprès de Boris Johnson avant leur rencontre prévue mardi. Les deux responsables ont convenu que Karine Elharrar « aurait accès au site avec M. Bennett et participerait à la réunion avec M. Johnson », selon cette source. Et l’ambassadeur de Grande-Bretagne en Israël a présenté ses excuses à la ministre.