Coronavirus en Afrique : L’OMS met en garde contre un risque de pénurie de seringues

EPIDEMIE Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) estime qu’il pourrait manquer jusqu’à 2,2 milliards de seringues autobloquantes en 2022, selon l’OMS

20 Minutes avec AFP
— 
Le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer en Afrique du Sud, le 1er octobre 2021 (illustration).
Le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer en Afrique du Sud, le 1er octobre 2021 (illustration). — Themba Hadebe/AP/SIPA

Après le manque de vaccins contre le coronavirus en Afrique, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde, ce jeudi, contre le risque de pénurie de seringues sur le continent.

Sauf accélération significative, seulement cinq pays africains – les Seychelles, Maurice, le Maroc, la Tunisie et le Cap-Vert, soit moins de 10 %, atteindront l’objectif fixé au niveau mondial de 40 % des populations vaccinées à la fin de l’année, précise le bureau Afrique de l’OMS.

Augmenter la production

De plus, le continent se bat pour faire face à la demande de produits essentiels à la vaccination, les seringues notamment, a-t-il été indiqué lors d’un briefing hebdomadaire retransmis en ligne. Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) estime qu’il pourrait manquer jusqu’à 2,2 milliards de seringues autobloquantes en 2022, indique l’OMS-Afrique. Parmi ces équipements figurent en particulier des seringues autobloquantes de 0,3 ml utilisées pour l’administration du vaccin antiCovid de Pfizer-BioNTech, pour lesquelles le marché est serré et très compétitif.

« La menace d’une crise des approvisionnements en produits de vaccination pèse sur le continent », a commenté durant le briefing régional de l’OMS sa directrice pour l’Afrique Matshidiso Moeti. « En début d’année prochaine, les vaccins contre le Covid-19 vont affluer en Afrique, mais un manque de seringues pourrait paralyser les progrès » des campagnes de vaccination​, a-t-elle ajouté, en appelant à une augmentation rapide de leur production.