Négociations sur le nucléaire : Washington appelle Téhéran à faire preuve de « bonne foi »

DIPLOMATIE Les négociations sur ce dossier brûlant pourraient reprendre dès novembre

20 Minutes avec AFP
— 
Joe Biden a rouvert les perspectives de négociation avec l'Iran.
Joe Biden a rouvert les perspectives de négociation avec l'Iran. — Nicholas Kamm / AFP

Les Etats-Unis ont appelé mercredi l’ Iran, qui s’est dit prêt à reprendre les négociations sur son programme nucléaire en novembre, à faire preuve de « bonne foi » lors des prochains pourparlers.

« La porte ne va pas rester ouverte éternellement puisque l’Iran continue de prendre des mesures nucléaires provocatrices, donc nous espérons qu’ils reviennent rapidement à Vienne pour négocier, et qu’ils fassent preuve de bonne foi », a dit un porte-parole de la diplomatie américaine.

L’Union européenne au premier plan

Le vice-ministre iranien chargé du dossier, Ali Baghéri, a annoncé ce mercredi, à l’issue d’une rencontre à Bruxelles avec le négociateur européen Enrique Mora, que l’Iran était prêt à reprendre les négociations pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien « avant la fin du mois de novembre ». « La date exacte sera annoncée la semaine prochaine », a-t-il ajouté.

Côté européen, on a toutefois précisé ne pas avoir d’annonce « pour l’instant ». Le département d’Etat américain s’est aussi montré prudent, renvoyant à l’Union européenne, qui coordonne l’accord de 2015 censé empêcher l’Iran d’accéder à la bombe atomique, ainsi que les efforts actuels pour le relancer.

Revirement américain

« Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, nous sommes prêts à retourner à Vienne, et nous pensons qu’il reste possible de rapidement parvenir à une entente et la mettre en œuvre », a affirmé le porte-parole de la diplomatie américaine. Il a estimé que seul « un petit nombre de questions » restait « en suspens » au moment de l’arrêt des pourparlers en juin.

Les Américains ont quitté unilatéralement en 2018 l’accord sous la présidence de Donald Trump, et rétabli les sanctions qu’il avait permis de lever. En retour, Téhéran a progressivement abandonné ses engagements nucléaires. L’actuel président américain Joe Biden s’est dit prêt à revenir dans l’accord, à condition que l’Iran renoue parallèlement avec les restrictions à son programme nucléaire.