Le PDG de Samsung écope d’une amende pour usage illégal d’un anesthésiant en Corée du Sud

JUSTICE L’homme d’affaires sud-coréen aurait consommé plusieurs fois de ce produit à titre récréatif

20 Minutes avec agences
— 
Lee Jae-Yong
Lee Jae-Yong — Chung Sung-Jun / POOL / AFP

Le PDG de Samsung a été condamné ce mardi pour usage illégal de propofol, un puissant anesthésique. Lee Jae-yong, 53 ans, héritier et patron de facto du conglomérat sud-coréen, a écopé d’une amende de 70 millions de wons (52.000 euros) par le tribunal de Séoul.

La 238e plus grande fortune du monde, selon Forbes, a été reconnue coupable d’avoir consommé du propofol à plusieurs reprises ces dernières années dans une clinique de chirurgie esthétique de Séoul. Normalement utilisé comme anesthésique en chirurgie et dans les services de réanimation, ce produit est parfois consommé à titre récréatif comme substance stupéfiante.

Plusieurs affaires judiciaires

Lors du procès début octobre, les avocats de Lee Jae-yong ont soutenu que cette substance lui avait été administrée pour raisons médicales. Mais « la quantité injectée était très élevée », a estimé ce mardi le juge en rendant son verdict. « Et la nature du crime commis n’est pas légère compte tenu des responsabilités sociales exercées par l’accusé. » L’accusé ne s’est pas exprimé lors de l’audience.

Vice-président de Samsung Electronics, fabricant mondial de smartphones et de puces, Lee Jae-yong a pris la tête du conglomérat à la mort de son père en 2020. En janvier, Lee Jae-yong a été condamné à deux ans et demi de prison pour corruption, détournement de fonds et autres délits en rapport avec le scandale de corruption impliquant l’ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye.

Il a bénéficié en août d’une libération conditionnelle, le gouvernement étant inquiet des conséquences de cette peine pour Samsung, pilier de l’économie du pays. Lee Jae-yong est aussi impliqué dans l’affaire de la fusion controversée de deux filiales qui avait favorisé sa prise de contrôle du conglomérat.