Covid-19 au Venezuela : Les écoles rouvrent après 19 mois de suspension des cours en présentiel

PANDÉMIE La campagne de vaccination des enfants de plus de 12 ans a été lancée vendredi dans le pays

20 Minutes avec agences
— 
Un enfant de retour à l'école après 19 mois de suspension des cours à cause du Covid-19, à Caracas (Venezuela).
Un enfant de retour à l'école après 19 mois de suspension des cours à cause du Covid-19, à Caracas (Venezuela). — Ariana Cubillos/AP/SIPA

Les écoles du Venezuela ont rouvert leurs portes lundi après dix-neuf mois de suspension des cours en présentiel à cause de la pandémie de Covid-19. Quelque 8,7 millions d’élèves des écoles et lycées du pays doivent retourner en cours, mais la fréquentation reste faible.

Lundi, certains établissements n’avaient pas encore rouvert pour mieux s’organiser. D’autres n’ont prévu d’accueillir qu’une partie des élèves. Le retour en classe coïncide avec le début de la vaccination des enfants de plus de 12 ans, annoncé vendredi par les autorités. Le président, Nicolas Maduro, a promis dimanche que les écoles allaient même accueillir des centres de vaccination.



Polémique autour des vaccins

« Cela faisait trop longtemps que les enfants étaient à la maison, a raconté une mère de famille en accompagnant son fils à l’école. Ils étaient perdus, même si on avait organisé des activités. » Un autre parent a ajouté que ce retour était « nécessaire » : « Les enfants ont besoin de cours en présentiel. »

Certains parents ont tout de même exprimé leur réticence, souhaitant vérifier d’abord que les vaccins avaient été approuvés par l’OMS. Le Venezuela a lancé en février une campagne de vaccination avec les vaccins russe Spoutnik V et chinois Sinopharm. Il a ensuite intégré le vaccin cubain Abdala.

L’arrivée en septembre de vaccins par le programme international Covax a mis fin à des mois de polémique autour des retards de paiement et de livraison. Le pouvoir dénonçait le gel d’avoirs vénézuéliens à l’étranger, dans le cadre des sanctions internationales visant le président Nicolas Maduro, pour justifier des retards de paiement de 120 millions de dollars pour 11,3 millions de doses.