Japon : La princesse Mako épouse son fiancé roturier après des années de scandale

FAMILLE IMPÉRIALE Un scandale a repoussé de trois ans le mariage de la princesse Mako avec son fiancé roturier

20 Minutes avec agences
— 
La princesse japonaise Mako et son mari roturier Kei Komuro en octobre 2021.
La princesse japonaise Mako et son mari roturier Kei Komuro en octobre 2021. — Pool for Yomiuri/AP/SIPA

La princesse Mako, nièce de l’empereur du Japon, s’est mariée, ce mardi, avec son fiancé roturier Kei Komuro. L’union a enfin eu lieu après des années de controverse. La princesse renonce ainsi à une importante indemnité financière.

Dans la matinée, la télévision japonaise a montré Mako quittant la résidence impériale d’Akasaka, à Tokyo, et faisant ses adieux à sa famille, s’inclinant devant ses parents et embrassant sa sœur. « Kei est un être irremplaçable », a déclaré Mako, en direct à la télévision. « J’aime Mako », a de son côté proclamé son époux. « J’aimerais dorénavant être au côté de l’amour de ma vie. »

Un long scandale

L’union de la nièce de l’empereur Naruhito et de Kei Komuro n’a pas débuté dans les meilleures conditions. Mako a enduré des années de critiques à propos de son projet de mariage. Kei Komuro était attaqué pour des allégations selon lesquelles sa mère aurait emprunté de l’argent à un ancien fiancé et ne l’aurait pas remboursé. Cette querelle a fait scandale au Japon, où un comportement irréprochable est attendu de la famille impériale.

Le mariage a été reporté et Kei Komuro est parti en 2018 aux Etats-Unis pour y poursuivre ses études de droit. Il n’est rentré au Japon que le mois dernier. « Il existe différentes opinions sur mon mariage avec Kei, a reconnu Mako. Je voudrais remercier ceux qui se sont inquiétés pour moi et ceux qui nous ont toujours soutenus, Kei et moi, sans écouter les rumeurs infondées. »

Les Harry et Meghan japonais ?

Malgré la tonalité médiatique négative et quelques manifestations, 53 % de la population japonaise soutient cette union, selon un sondage publié, ce mardi, par le quotidien Yomiuri. Le couple devrait prochainement s’installer à New York, ce qui suscite d’inévitables comparaisons avec le couple royal britannique formé par le prince Harry et Meghan Markle.

On ignore si Mako travaillera là-bas. La princesse a étudié l’art et le patrimoine culturel à l’International Christian University de Tokyo, où elle a rencontré Kei Komuro, et a passé un an à l’université d’Edimbourg (Royaume-Uni). Elle est également titulaire d’une maîtrise en études muséales de l’université britannique de Leicester.

Des traditions royales dures à changer

La famille impériale avait précisé en septembre que la cérémonie de mariage, le banquet et d’autres rituels n’auraient pas lieu. La princesse a aussi refusé le paiement forfaitaire accordé aux femmes de la maison impériale qui épousent des roturiers, qui peut atteindre 153 millions de yens (1,2 million d’euros). Mako a, en effet, perdu son titre royal après avoir fait enregistrer son mariage.

Au Japon, le trône ne peut être transmis qu’aux hommes de la famille royale. Les enfants des femmes royales qui épousent des roturiers ne sont pas inclus. La modification de ces règles a fait l’objet d’un débat. En juillet, un groupe d’experts gouvernementaux a compilé des notes sur la question, mais tout changement du système risque d’être long à venir.