Afrique du Sud : Une policière fait assassiner six membres de sa famille pour toucher les assurances-vie

PROCES Son petit ami, son cousin, sa sœur, sa nièce, son neveu et un autre membre de sa famille ont été tués entre 2012 et 2017

20 Minutes avec Agences
— 
La policière a été jugée pour avoir commandité plusieurs assassinats.
La policière a été jugée pour avoir commandité plusieurs assassinats. — Pixabay

Une policière a organisé méticuleusement le meurtre de son petit ami et de cinq membres de sa famille pour empocher des indemnités d’assurance. Cette femme originaire d' Afrique du Sud a utilisé les services de tueurs à gages, a-t-on appris vendredi auprès d’un tribunal. Cette affaire aux détails macabres révélée lors du procès de la policière, Rosemary Ndlovu, a captivé le pays pourtant habitué à un taux élevé de criminalité.

81.000 euros récupérés

Cette femme de 46 ans faisait systématiquement souscrire aux membres de sa famille des assurances-vie et assurances-obsèques, puis organisait un par un leur meurtre. Son petit ami, son cousin, sa sœur, sa nièce, son neveu et un autre membre de sa famille ont ainsi été tués entre 2012 et 2017. La quadragénaire a récupéré environ 1,4 million de rands (81.000 euros) mais elle a été arrêtée avant d’avoir pu ajouter à sa liste le meurtre de sa mère et d’un autre membre de sa fratrie, selon le tribunal.

Avec une soigneuse préméditation, Ndlovu a fait appel à des tueurs à gages pour piéger ses victimes, qui ont été soit tuées par balle soit frappées à mort. Elle a personnellement tué une seule personne, sa sœur, en empoisonnant son thé puis en l’étranglant après avoir constaté que le poison ne faisait pas effet.

Un tueur à gages la dénonce

« L’accusée était soit la dernière personne à les avoir vus vivants soit la première personne à prévenir qu’ils étaient portés disparus », a souligné l’avocate générale, Riana Williams. « Elle se nommait bénéficiaire pour pouvoir profiter des assurances-vie et obsèques », a-t-elle ajouté. L’accusée a farouchement nié tout au long du procès.

Elle avait été confondue en 2018, après qu’un des tueurs à gages avait prévenu la police qu’elle échafaudait un plan pour brûler la maison d’une autre de ses sœurs. Sa sœur et ses cinq enfants seraient morts calcinés durant leur sommeil. Ndlovu, qui fut autrefois une policière respectée, a montré peu d’émotion lors de son procès. Sa peine devrait être prononcée au début du mois prochain.