Canada : Le gaz toxique provenant d’un porte-conteneurs en flammes, au large de Victoria, inquiète

INCENDIE En raison du vent, la qualité de l’air doit être surveillée sur la côte et en mer

M.F avec AFP
— 
Des navires s'efforcent de maîtriser un incendie à bord du «Zim Kingston» à environ 8 km du rivage à Victoria, en Colombie-Britannique, le dimanche 24 octobre 2021.
Des navires s'efforcent de maîtriser un incendie à bord du «Zim Kingston» à environ 8 km du rivage à Victoria, en Colombie-Britannique, le dimanche 24 octobre 2021. — Chad Hipolito/AP/SIPA
  • Un navire chypriote contenant 52 tonnes de produits chimiques a pris feu samedi en Colombie-Britannique. Seize membres d’équipage ont été évacués.
  • Ce lundi, des pompiers spécialisés dans les matières dangereuses doivent s’assurer que le feu est circonscrit.
  • Mais une forte tempête est attendue dans la région.

Depuis samedi, du gaz toxique s’échappe d’un porte-conteneurs chypriote qui a pris feu au large de la côte pacifique canado-américaine. La majorité de l’équipage a été évacuée et « l’incendie sur le Zim Kingston a été stabilisé », a twitté la Garde côtière canadienne en fin de journée dimanche, après avoir mobilisé plusieurs navires tout le week-end pour circonscrire le feu, qui a pris à l’avant du cargo.

« Selon les conditions météorologiques de demain [ce lundi], des pompiers spécialisés dans les matières dangereuses monteront à bord du navire pour combattre tout feu persistant et s’assurer qu’ils soient éteints », ont poursuivi les garde-côtes, alors qu’une forte tempête est annoncée ce lundi sur la côte ouest nord-américaine, de San Francisco à Vancouver.

Un incendie a éclaté dans 10 conteneurs

Le navire chypriote se trouve dans le détroit de Juan de Fuca, qui marque la frontière maritime entre le Canada et les Etats-Unis, a expliqué son armateur. Il se trouvait dans ces eaux frontalières vendredi soir « en attendant de pouvoir accéder au port de Vancouver, lorsqu’un épisode météorologique extrême a causé une gîte importante du navire, ce qui a entraîné la chute par-dessus bord de conteneurs », a résumé la société chypriote.

C’est à la suite de cet incident que deux conteneurs endommagés ont pris feu samedi, a indiqué la société Danaos, tandis que les garde-côtes canadiens avaient indiqué dimanche matin qu'« un incendie [avait] éclaté dans 10 conteneurs ». La décision d’évacuer avait alors été prise par le capitaine du navire, et 16 personnes ont été évacuées, selon les garde-côtes. Le capitaine du porte-conteneurs « et du personnel-clé sont restés à bord pour superviser la lutte conte l’incendie », avait précisé Danaos.

Quarante conteneurs perdus dans le Pacifique

« En raison de la nature des produits chimiques à bord du porte-conteneurs, l’application d’eau directement sur le feu n’est pas une option », ont souligné les garde-côtes canadiens sur Twitter. Un remorqueur déployé sur le site de l’incendie, le Seaspan Raven, a toutefois « refroidi la coque du Zim Kingston en l’aspergeant d’eau froide » dans la nuit de samedi à dimanche, ont ajouté les autorités canadiennes.

Selon la télévision publique Radio-Canada, 40 conteneurs seraient perdus dans l’océan Pacifique. Les garde-côtes canadiens et leurs homologues américains travaillaient ensemble pour les retrouver. Le porte-conteneurs transporte plus de 52 tonnes de produits chimiques, selon Radio-Canada.

Pas de risque d’une marée toxique

L’armateur du navire, la société chypriote Danaos, a annoncé l’envoi à bord d’experts en sinistres « pour s’assurer que les conditions sont réunies pour permettre le retour » des 16 membres d’équipage qui en étaient partis samedi. Cinq marins, dont le capitaine, sont restés sur le porte-conteneurs. « Des navires de remorquage d’urgence ainsi que d’autres remorqueurs nous aideront à surveiller l’évolution de la situation pendant la nuit pour s’assurer que les cinq membres d’équipage du navire sont en sécurité » et que le navire reste sécurisé, a dit dimanche soir la Garde côtière.

Bien qu’a priori la situation ne présente pas de risques à terre tels qu’une marée noire ou une marée toxique, « de forts coups de vent [étaient] prévus dans la région » dimanche soir, et « les équipes surveilleront la qualité de l’air tant sur l’eau qu’à partir du rivage », ont précisé les autorités face aux inquiétudes suscitées par la fumée chimique dégagée par le brasier. Les services météorologiques canadiens ont averti qu'« une tempête automnale plutôt intense » devait frapper le littoral canadien dès dimanche soir avec des vents de 70 à 90 km/h attendus dans la région de Victoria (Colombie-Britannique), au large de laquelle le porte-conteneurs mouille.