Turquie : Erdogan menace d’expulser dix ambassadeurs dont les pays ont appelé à libérer un opposant

DIPLOMATIE Le président turc n’a pas apprécié l’appel en faveur de la libération de l’opposant Osman Kavala

20 Minutes avec AFP
— 
Erdogan ne veut pas que les pays occidentaux s'immiscent dans les affaires de son pays.
Erdogan ne veut pas que les pays occidentaux s'immiscent dans les affaires de son pays. — Adem ALTAN / AFP

L’ambiance s’est soudainement tendue à Ankara. Le président turc Recep Tayyip Erdogan menace, selon des médias turcs, d’expulser les ambassadeurs d’une dizaine de pays, dont la France, l’Allemagne et les Etats-Unis. A l’origine de la colère du chef d’Etat, un appel lancé lundi par le Canada, la France, la Finlande, le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Suède et les Etats-Unis en faveur de la libération d’Osman Kavala.

Détenu depuis quatre ans, l’éditeur et mécène n’a jamais été jugé. Osman Kavala, 64 ans, est un opposant farouche au régime. Il a notamment soutenu les manifestations antigouvernementales en 2013 du mouvement de Gezi, et est accusé d’avoir cherché à « renverser le gouvernement » lors de la tentative de coup d’Etat de 2016.

Mais la Cour européenne des droits de l’Homme a ordonné en 2019 sa « libération immédiate ». En vain donc. Le Conseil de l’Europe a également menacé de sanctionner la Turquie si Kavala n’était pas relâché. Mais Erdogan souligne que la justice turque est « indépendante » et que son pays n’a pas de leçon à recevoir, jugeant « inacceptable » la position des pays à l’origine de l’appel.