Corée du Nord : Pyongyang affirme avoir lancé un missile balistique depuis un sous-marin

MENACE A la demande du Royaume-Uni et des Etats-Unis, le Conseil de sécurité de l’ONU va se réunir en urgence à huis clos ce mercredi

20 Minutes avec AFP
— 
Le 20 octobre 2021, un homme regarde à Séoul, sur la chaîne d'informations sud-coréenne YTN, des images présentées comme celles d'un tir d'un missile nord-coréen depuis un sous-marin.
Le 20 octobre 2021, un homme regarde à Séoul, sur la chaîne d'informations sud-coréenne YTN, des images présentées comme celles d'un tir d'un missile nord-coréen depuis un sous-marin. — Ahn Young-joon/AP/SIPA

L’armement de la Corée du Nord continue de s’améliorer technologiquement. L’agence officielle nord-coréenne KCNA a en effet annoncé mercredi que Pyongyang avait testé la veille avec succès un « nouveau type » de missile balistique lancé par un sous-marin.

Si l’information était confirmée, ce test pourrait donner un atout considérable au régime du Nord au moment où les deux Corée, toujours techniquement en guerre, semblent lancées dans une course à l’armement et que le dialogue Washington-Pyongyang est à l’arrêt.

Une information annoncée mardi par le Sud

Selon KCNA, l’arme est dotée de « nombreuses technologies avancées de contrôle et de guidage ». Elle a été tirée depuis le même sous-marin, le « 8.24 Yongung », que celui utilisé par le pays lors de son premier essai de missile balistique stratégique mer-sol (SLBM) il y a cinq ans. Pyongyang a déjà procédé à deux lancements sous-marins en 2016 et 2019, mais le Pentagone et des analystes estiment qu’ils ont été effectués depuis une plate-forme immergée. L’armée sud-coréenne avait par ailleurs indiqué mardi que l’engin lancé était un SLBM tiré depuis Sinpo, dans l’est de la Corée du Nord, en direction de la mer.

Si le nouveau missile a bien été tiré d’un sous-marin en activité, cela marquerait une nouvelle étape pour l’arsenal nord-coréen avec la possibilité d’un déploiement bien au-delà de la péninsule coréenne, et une capacité de seconde frappe en cas d’attaque sur ses bases militaires.

Les Etats-Unis appellent au dialogue

Au niveau international, l’affaire inquiète. Le Conseil de sécurité de l’ONU va ainsi se réunir en urgence à huis clos ce mercredi après-midi à la demande du Royaume-Uni et des Etats-Unis, ont indiqué des diplomates. La Maison-Blanche a expliqué que le nouveau lancement était une menace qui ne faisait que souligner le besoin « urgent » de dialogue avec Pyongyang, mais aussi son engagement « inébranlable » à aider à défendre la Corée du Sud et le Japon.

De son côté, le Conseil national de la sécurité sud-coréen, réuni en urgence mardi, a exprimé son « profond regret » et exhorté lui aussi Pyongyang à reprendre le dialogue. Le nouveau tir intervient en outre alors que la directrice des services de renseignement américains, Avril Haines, est à Séoul pour participer à une réunion avec ses homologues sud-coréen et japonais sur la Corée du Nord.