Attaque en Norvège : Les cinq victimes, identifiées, ont été tuées à l’arme blanche et non à l’arc selon la police

TUERIE Il y a bien eu des personnes visées par des flèches, mais personne n’a été tué par cette arme

20 Minutes avec AFP
— 
Les habitants rendent hommage aux victimes de l'attaque.
Les habitants rendent hommage aux victimes de l'attaque. — Terje Bendiksby / NTB / AFP

On commence à y voir un peu plus clair sur l’attaque perpétrée en Norvège la semaine dernière. Contrairement à ce qui avait d’abord été annoncé, les cinq victimes du périple meurtrier d'Espen Andersen Bråthen à Kongsberg ont été tuées à l’arme blanche, et non à l’arc. Selon la police, plus d’une dizaine de personnes ont bien été visées par des tirs à l’arc au début de l’attaque, comme le rapportaient des témoignages, mais aucune n’a été tuée avec cette arme.

« A un certain moment, il se débarrasse ou perd son arc et ses flèches », a affirmé l’inspecteur Per Thomas Omholt en faisant le récit de l’attaque lors d’une conférence de presse. « A Hyttegata, il tue cinq personnes à l’arme blanche à la fois dans des lieux privés et dans l’espace public ».

La motivation islamiste, piste froide

Les motivations du Danois de 37 ans, soupçonné de radicalisation islamiste, s’éclaircissent également. Il a reconnu les meurtres et s’est longuement expliqué, sans qu’une motivation religieuse ait été rapportée par la police. « Pour ce qui est du motif, la maladie reste la principale hypothèse. Et en ce qui concerne la conversion à l’islam, cette hypothèse est affaiblie », résume Per Thomas Omholt.

Espen Andersen Bråthen a été placé en détention provisoire dans une institution médicalisée. Une évaluation psychiatrique est en cours pour déterminer s’il peut être tenu pour pénalement responsable ou non de son geste.