Biélorussie: L'ambassadeur de France quitte le pays à la demande de Minsk

DIPLOMATIE Le régime de Minsk avait demandé à Nicolas de Bouillane de partir avant ce lundi

20 Minutes avec AFP
— 
Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a annoncé vendredi le démantèlement au Bélarus de cellules terroristes dormantes liées selon lui à l'Occident.
Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a annoncé vendredi le démantèlement au Bélarus de cellules terroristes dormantes liées selon lui à l'Occident. — Dmitry Astakhov / POOL / AFP

L’ambassadeur de France au Bélarus, Nicolas de Bouillane de Lacoste, a quitté le pays après que Minsk lui a demandé de le faire avant lundi, a indiqué une porte-parole ce dimanche. Cette dernière n’a pas expliqué la raison invoquée par le ministère biélorusse des Affaires étrangères pour demander le départ de l’ambassadeur.

Une demande inexpliquée

« Le ministère bélarusse des Affaires étrangères a demandé que l’ambassadeur parte avant le 18 octobre », a-t-elle indiqué. « Il a dit au revoir au personnel de l’ambassade et a envoyé un message vidéo adressé au peuple bélarusse, qui apparaîtra demain sur le site Internet de l’ambassade », a-t-elle encore déclaré.

Selon des médias locaux, l’ambassadeur n’a jamais présenté ses lettres de créances au président Alexandre Loukachenko. La France, à l’instar d’autres pays de l’Union européenne, n’a pas reconnu les résultats de la présidentielle d’août dernier, qui ont accordé un sixième mandat au président sortant et ont suscité durant plusieurs mois des manifestations massives et sans précédent dans cette ex-république soviétique, alliée de la Russie de Vladimir Poutine.

Un régime contesté

L’Union européenne a adopté une série de sanctions à l’égard du régime biélorusse après la répression des opposants par Alexandre Loukachenko. Le pouvoir biélorusse a réussi à mettre un terme aux manifestations​, emprisonné des centaines d’opposants et fermé des dizaines de médias et d’ONG. Les leaders de l’opposition ont tous été mis en prison ou contraints à l’exil.