Royaume-Uni : Le tueur présumé d’un député avait été orienté vers un programme de déradicalisation

ENQUETE Un ressortissant britannique d’origine somalienne est suspecté d’avoir tué le député conservateur David Amess alors qu’il recevait ses administrés

20 Minutes avec AFP
— 
Royaume-Uni: L'enquête continue deux jours après l'assassinat d'un député — 20 Minutes

Au Royaume-Uni, les enquêteurs en savent un peu plus sur le profil de l’homme qui a mortellement poignardé vendredi le député David Amess. Selon les médias britanniques samedi, l’agresseur avait été orienté vers le programme national de lutte contre la radicalisation, mais n’y avait pas été assidu.

La police a jusqu’à vendredi pour interroger le suspect, un homme de 25 ans, après l’avoir placé en détention en vertu de la loi sur le terrorisme. L’enquête révèle en outre, selon les premiers éléments, « une motivation potentielle liée à l’extrémisme islamiste », selon la police, qui a déclaré effectuer des perquisitions à trois adresses dans la région de Londres dans le cadre d’une « enquête au rythme soutenu ».

Un homme « autoradicalisé » selon la police

Le député conservateur David Amess, 69 ans et père de 5 enfants, recevait ses administrés dans une église méthodiste à Leigh-on-Sea, à environ 60 km à l’est de Londres, lorsqu’il a été poignardé à mort. L’homme interpellé serait un ressortissant britannique d’origine somalienne nommé Ali Harbi Ali, selon la BBC.

Orienté il y a plusieurs années vers le programme britannique destiné aux personnes présentant un risque de radicalisation basé sur le volontariat, selon le diffuseur, il n’y aurait pas été très assidu et n’a jamais été officiellement un « sujet d’intérêt » pour l’agence de sécurité nationale. Les services de police et de sécurité pensent que l’assaillant a agi seul et qu’il était « autoradicalisé », selon le Sunday Times. Il pourrait avoir été inspiré par Al-Shabab, les islamistes liés à Al-Qaida en Somalie. Le père d’Ali Harbi Ali, Harbi Ali Kullane, ancien conseiller du Premier ministre somalien, a confirmé au Sunday Times que son fils était en détention et s’est dit « très traumatisé ».

Les politiques unis

Samedi soir, des centaines de personnes ont assisté à une veillée aux chandelles sur un terrain de sport proche du lieu du crime, observant une minute de silence à la mémoire du député. En signe d’unité, le Premier ministre conservateur Boris Johnson et le chef du parti d’opposition travailliste, Keir Starmer, ont quant à eux déposé des gerbes de fleurs sur les lieux du drame samedi matin.