Terrorisme : L’Irak annonce l’arrestation d’un leader de l’Etat islamique recherché par Washington

TERRORISME Sami Jasim al-Jaburi est l’un des financiers de l’organisation islamiste, proche de l’ancien chef djihadiste Abou Bakr al-Baghdadi

20 Minutes avec AFP
— 
Petite victoire pour les forces de sécurités irakiennes.
Petite victoire pour les forces de sécurités irakiennes. — AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Les services de renseignement irakiens ont capturé lors d’une opération hors d’Irak un leader du groupe Etat islamique (EI), Sami Jasim al-Jaburi, recherché par les Etats-Unis et présenté comme un responsable financier de l’organisation djihadiste, a tweeté le Premier ministre d’Irak Moustafa al-Kazimi. Washington offre une récompense de cinq millions de dollars pour toute information concernant ce responsable, présenté comme un ancien adjoint de l’ancien chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi, ayant joué « un rôle essentiel dans la gestion des finances » de l’EI, selon un programme anti-terrorisme du département d’Etat américain.

Le Premier ministre irakien ne précise pas où le leader djihadiste a été capturé, mais assure que l’opération a coïncidé avec les législatives anticipées de dimanche, quand « les héros des forces de sécurité protégeaient les élections ». Le dernier attentat d’envergure revendiqué par l’EI en Irak a visé en juillet dernier un marché du quartier chiite de Sadr City à Bagdad qui a fait une trentaine de morts.

Sami Jasim al-Jaburi est « considéré comme l’un des plus recherchés au niveau international, et il est proche de l’actuel chef de l’organisation » djihadiste, Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi, selon un communiqué des forces de sécurité. Egalement présenté comme « le superviseur des dossiers financiers et économiques de l’organisation terroriste EI », Sami Jasim al-Jaburi est inscrit sur la liste de « terroristes » visés par des sanctions du Trésor américain depuis septembre 2015. Il aurait notamment « occupé un poste de ministre des Finances de l’EI, supervisant les revenus du groupe tirés des ventes illicites de pétrole, de gaz, d’antiquités ».