Crise de la dette aux Etats-Unis : Le Sénat s’offre un répit jusqu’en décembre, le défaut de paiement évité

BATAILLE Le texte doit encore être adopté par la Chambre la semaine prochaine, et une solution de long terme devra être trouvée par les démocrates

P.B. avec AFP
— 
Le leader des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, le 7 octobre 2021.
Le leader des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, le 7 octobre 2021. — Tom Williams/CQ-Roll Call/Sipa U

En football américain, on appelle ça un « punt » : un long dégagement au pied pour écarter le danger. Jeudi soir, après un feuilleton qui a duré tout l’été, le Sénat américain a validé une rustine relevant le plafond de la dette jusqu’au 3 décembre de 480 milliards de dollars qui devra encore être adoptée à la Chambre. Et si défaut de paiement – qui pourrait provoquer une grave crise économique – est donc évité, c’est en quelque sorte un retour à la case départ : les démocrates ont deux mois pour trouver un compromis ou passer en force sans l’aide des républicains.

Jeudi soir, le Sénat a d’abord voté par une toute petite marge (61 voix contre 38) pour autoriser un vote sur la dette à la majorité simple, au lieu des trois cinquièmes habituellement nécessaires pour éviter l’obstruction parlementaire («fillibuster »). Puis, dans la foulée, le relèvement du plafond de la dette a été voté par les démocrates seuls, par 50 voix contre 48 (deux sénateurs républicains étaient absents).

« Soupir de soulagement »

Le 3 décembre « est un délai court » et « l’incertitude demeure à plus long terme », a expliqué la secrétaire au Trésor Janet Yellen sur CNN. « Tout le monde, moi compris, a poussé un soupir de soulagement » avec cet accord, a-t-elle toutefois reconnu.

De fait, l’accord noué jeudi ne fait que repousser jusqu’à fin novembre une bataille parlementaire qui s’annonce épique. Le patron des républicains, Mitch McConnell, a exhorté les démocrates à parvenir – seuls – à une solution durable d’ici décembre grâce via le processus de « réconciliation », une sorte de navette parlementaire complexe qui permet de faire passer un texte à la majorité simple au Sénat.

En parallèle de la limite d’endettement, le Congrès devra aussi s’entendre d’ici début décembre sur un nouveau budget s’il veut éviter la paralysie des services fédéraux, surnommée « shutdown », ainsi que deux enveloppes de dépenses massives souhaitées par Joe Biden, pour un total de près de 5.000 milliards de dollars. Les démocrates peuvent donc respirer, mais le répit ne sera que de courte durée.