Coronavirus aux Etats-Unis : Au moins 140.000 enfants ont perdu un parent, selon une étude

TRISTE NOUVELLE Dans 65 % des cas, les enfants devenus orphelins d'un père, d'une mère ou des deux parents sont issus des minorités raciales et ethniques

avec agence
— 
Un parent qui tient la main de son enfant. Illustration.
Un parent qui tient la main de son enfant. Illustration. — Pixabay

C’est un triste bilan que dresse ce jeudi une étude réalisée par des scientifiques du Centers for Disease Control and Prevention. Aux Etats-Unis, 140.000 enfants ont perdu un parent ou un grand-parent à cause du Covid-19, rapporte NBC News, relayé par Slate. « Cela signifie que pour quatre décès dus au Covid-19, un enfant est laissé sans mère, sans père et/ou sans grand-parent qui subvient à ses besoins et à son éducation à la maison – des besoins tels que l’amour, la sécurité et les soins quotidiens », affirme Susan Hillis, la principale auteure de cette étude.

En outre, ce chiffre devrait même être revu à la hausse puisque l’étude a été menée entre avril 2020 et juin 2021. Elle ne prend donc pas en compte les nombreux décès survenus en raison du variant Delta. Selon Susan Hillis, il y aurait en réalité à ce jour 175.000 enfants qui seraient orphelins ou sans tuteur légal à cause du Covid-19. Et encore une fois, ce chiffre devrait malheureusement augmenter « tant que nos décès pandémiques augmenteront », ajoute-t-elle.

Les scientifiques réclament une action politique

En outre, cette étude révèle que dans 65 % des cas, les enfants devenus orphelins d’un parent ou d’un grand-parent à cause du Covid-19 sont issus des minorités raciales et ethniques. La scientifique Susan Hillis explique que les enfants amérindiens et autochtones de l’Alaska seraient 4,5 fois plus concernés par ces décès que les enfants blancs, suivis des enfants noirs et hispaniques.

En plus de présenter un risque accru de suicide, ces enfants se retrouvent également exposés à un risque élevé d’insécurité économique, alimentaire et de logement, assure Susan Hillis. Face à ces craintes, l’équipe de scientifiques à l’origine de cette étude appelle donc à une action politique. « Ce que nous proposons, c’est qu’il soit sérieusement envisagé d’ajouter un quatrième pilier à notre réponse Covid, et ce quatrième pilier s’appellerait la prise en charge des enfants », déclare la chercheuse Susan Hillis.