Californie : Une nouvelle marée noire provoquera des « conséquences irréversibles sur l’environnement »

CATASTROPHE L’écoulement est estimé à près de 480.000 litres. Il serait causé par une fuite d’un oléoduc à environ 8 km des côtes

20 Minutes avec agences
— 
Une plage polluée par le pétrole après une marée noire (illustration).
Une plage polluée par le pétrole après une marée noire (illustration). — ALFRED/SIPA

Les autorités américaines ont tenté ce dimanche de contenir un écoulement d’hydrocarbures près des côtes de la Californie, couvrant près de 34 kilomètres carrés et dont les dégâts sur l’ environnement se faisaient déjà sentir. La marée noire aura des « conséquences irréversibles sur l’environnement », a dénoncé une responsable locale, Katrina Foley, de nombreux poissons et oiseaux morts ayant été retrouvés sur la côte.

La localité la plus affectée, Huntington Beach, au sud de Los Angeles, a dû annuler le dernier jour d’un spectacle aérien, le Pacific Airshow, afin d’assurer « un accès complet et sans entraves à l’environnement marin ». L’origine de cet écoulement, estimé par la municipalité à près de 480.000 litres, n’a pas encore été déterminée avec certitude mais il s’agirait d’une fuite d’un oléoduc à environ 8 km de la côte, selon Mme Foley.

« Des conséquences écologiques importantes »

De premières analyses de l’hydrocarbure ont montré qu’il s’agissait de « pétrole brut post-production », selon cette responsable. Avertissant de la « toxicité » de cette substance, Huntington Beach a demandé aux habitants de se tenir à l’écart des zones concernées, d’éviter la plage et de ne pas se baigner. D’importants efforts d’endiguement de cette marée noire étaient en cours ce dimanche, les services de la ville étant à pied d’œuvre, selon un communiqué.

« Des systèmes d’écumage et des barrages flottants ont été déployés pour empêcher que le pétrole n’atteigne la réserve écologique de Bolsa Chica et les zones humides de Huntington Beach », détaille le texte. Ces zones humides subissent toutefois déjà « des conséquences écologiques importantes », regrette-t-il.