L’Algérie interdit son espace aérien aux avions militaires français

DIPLOMATIE L’armée française estime néanmoins que ça ne va pas beaucoup perturber les échanges entre l’Hexagone et le Mali

20 Minutes avec AFP
— 
Un Rafale de l'armée française, mais pas au dessus de l'Algérie. (illustration)
Un Rafale de l'armée française, mais pas au dessus de l'Algérie. (illustration) — CHRISTOPHE SIMON / AFP

L’Algérie a interdit le survol de son territoire aux avions militaires français, qui empruntent d’habitude son espace aérien pour rejoindre ou quitter la bande sahélo-saharienne où sont déployées les troupes de l’opération antidjihadiste Barkhane, a indiqué ce dimanche un porte-parole de l’état-major français. Cette décision intervient dans un contexte de tensions entre Paris et Alger, qui a annoncé samedi le « rappel immédiat pour consultation » de son ambassadeur à Paris, exprimant son « rejet catégorique » de déclarations attribuées au président français Emmanuel Macron évoquant notamment « un système politico-militaire » au pouvoir à Alger.

« Ce matin, en déposant les plans de vol de deux avions, nous avons appris que les Algériens fermaient le survol de leur territoire aux avions militaires français », a déclaré le colonel Pascal Ianni, confirmant des informations révélées par le quotidien Le Figaro. L’état-major n’a reçu aucune notification officielle de cette décision, a-t-il précisé. « Cela perturbe très légèrement le flux de soutien, les avions doivent adapter leur plan de vol, mais cela n’affecte ni les opérations ni les missions de renseignement » menées par la France au Sahel, a commenté le colonel Ianni, en assurant que l’état-major français n’avait « pas d’inquiétude à ce stade ».

Une séquence diplomatique tendue

Les relations entre Paris et Alger se sont fortement tendues ces derniers jours, alors qu’approche le 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie et son indépendance. Selon un article du quotidien Le Monde relatant une rencontre jeudi entre Emmanuel Macron et de jeunes descendants de protagonistes de la guerre d’Algérie (1954-1962), le président français aurait estimé que, après son indépendance en 1962, l’Algérie s’est construite sur « une rente mémorielle », entretenue par « le système politico-militaire ». Selon Le Monde, Emmanuel Macron a évoqué aussi « une histoire officielle totalement réécrite » qui « ne s’appuie pas sur des vérités » mais sur « un discours qui repose sur une haine de la France ».

Mercredi, l’ambassadeur de France François Gouyette avait par ailleurs été convoqué au ministère des Affaires étrangères algérien pour se voir notifier « une protestation formelle » après la décision de Paris de réduire de moitié les visas accordés aux Algériens souhaitant se rendre en France. L’interdiction de l’espace aérien algérien aux avions militaires français intervient dans une phase logistique délicate pour l’état-major, qui a entamé depuis quelques semaines une réorganisation de son dispositif dans la bande sahélo-saharienne.

Sur décision d’Emmanuel Macron, la France est en train de quitter les bases militaires les plus au nord du Mali (Kidal, Tombouctou et Tessalit) et va réduire le nombre de troupes au Sahel d’ici à 2023, à 2.500-3.000 hommes contre plus de 5.000 aujourd’hui.