L’Algérie convoque l’ambassadeur de France pour protester contre la réduction de l’octroi des visas

IMMIGRATION Le pays regrette que la décision du gouvernement français soit intervenue sans consultation préalable avec la partie algérienne

M.F avec AFP
— 
Francois Gouyette, ambassadeur français en Algérie.
Francois Gouyette, ambassadeur français en Algérie. — RYAD KRAMDI / AFP

Tout comme le Maroc, l’Algérie n’apprécie que très peu que le gouvernement français ait pris la décision de réduire le nombre de visas accordés aux ressortissants de ces pays. Une mesure prise mardi par Paris qui reproche aux trois pays du Maghreb de ne pas délivrer les laissez-passer consulaires nécessaires au retour des immigrés lorsqu’ils ont une obligation de quitter l’hexagone.

En réponse au gouvernement français, le ministère algérien des Affaires étrangères a convoqué mercredi l’ambassadeur de France en Algérie. François Gouyette, s’est vu notifier « une protestation formelle du gouvernement algérien suite à une décision unilatérale du gouvernement français affectant la qualité et la fluidité de la circulation des ressortissants algériens à destination de la France », a précisé le ministère dans un communiqué.

Un « acte malencontreux »

« Cette décision qui est intervenue sans consultation préalable avec la partie algérienne comporte l’anomalie rédhibitoire d’avoir fait l’objet d’un tapage médiatique générateur de confusion et d’ambiguïté quant à ses motivations et à son champ d’application », a estimé le ministère algérien. Il a en outre déploré un « acte malencontreux qui frappe de précarité et d’incertitude un domaine sensible de coopération » entre les deux pays.

Le Maroc avait déploré mardi la décision de la France la qualifiant d'« injustifiée ». Contrairement à ses voisins, la Tunisie n’a pas réagi officiellement, mais nombre de ses citoyens affichaient leur inquiétude mercredi devant les bureaux de TLS Contact, la société privée seule habilitée à recevoir les pré-demandes de visas pour la France.