Vaccination en Slovénie : Le vaccin Janssen suspendu après un décès

EPIDEMIE Une jeune femme a succombé à une hémorragie cérébrale et à des caillots sanguins quelques jours après avoir reçu une dose du vaccin Janssen 

20 Minutes avec AFP
— 
Des boites du vaccin Janssen Covid-19 de Johnson
Des boites du vaccin Janssen Covid-19 de Johnson — David Zalubowski/AP/SIPA

Après le décès d’une jeune femme de 20 ans, la Slovénie a suspendu par précaution, ce mercredi, l’utilisation du vaccin Janssen contre le coronavirus produit par le laboratoire pharmaceutique américain Johnson & Johnson.

« Nous arrêtons temporairement jusqu’à ce que tous les détails liés à ce cas soient éclaircis », a annoncé le ministre de la Santé Janez Poklukar à la presse à Ljubljana. Selon Bojana Beovic, qui dirige le groupe d’experts conseillant le gouvernement, « il pourrait y avoir un lien indésirable entre le décès et la vaccination ».

Un taux de vaccination faible

Plus tôt, des médias slovènes s’étaient fait l’écho du cas d’une jeune femme de 20 ans, hospitalisée lundi dans un état grave, quelques jours seulement après avoir reçu une dose du vaccin unidose de Johnson & Johnson. Elle a succombé à une hémorragie cérébrale et à des caillots sanguins dans la nuit de mardi à mercredi.

Un décès a déjà été lié par le passé à ce vaccin en Slovénie où la vaccination obligatoire entre en vigueur dans la fonction publique vendredi 1er octobre, poussant un nombre croissant de personnes à se faire vacciner. Avec 47 % de la population vaccinée, ce pays de deux millions d’habitants affiche un taux de protection inférieur à la moyenne dans l’Union européenne (64 %). Quatre vaccins sont actuellement autorisés au sein de l’UE par l’Agence européenne des médicaments (EMA) : Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson.