Le mari d'Ingrid Betancourt estime qu'elle l'a trahi

PEOPLE il réagit à la demande de divorce que lui a fait parvenir l'ex-otage.

Avec agence

— 

Ingrid Betancourt, qui a pu retrouver à Bogota ses enfants Mélanie et Lorenzo venus de Paris à bord d'un Airbus présidentiel, est attendue vendredi à la mi-journée à l'aéroport militaire de Villacoublay, près de Paris.
Ingrid Betancourt, qui a pu retrouver à Bogota ses enfants Mélanie et Lorenzo venus de Paris à bord d'un Airbus présidentiel, est attendue vendredi à la mi-journée à l'aéroport militaire de Villacoublay, près de Paris. — Inaldo Perez AFP

Un de plus contre Ingrid Betancourt. Alors que les révélations, peu flatteuses pour l’ex-otage se multiplient, c’est au tour de son mari Juan Carlos Lecompte, de la critiquer. Il estime avoir été «trahi» par l'ex-otage des Farc alors qu'il avait lutté pour sa libération, dans des déclarations au quotidien espagnol «El Mundo» de samedi.

«Je me suis senti trahi. J'ai lutté pour sa liberté et j'attendais une reconnaissance qui n'est pas venue (...). J'en suis resté déconcerté, comme tous les gens qui m'ont vu lutter», a-t-il déclaré.

Un divorce qui s'annonce houleux

Le journal a interviewé Juan Carlos Lecompte à Bogota en compagnie d'un de ses avocats quelques jours après l'annonce d'une demande de divorce présentée par Ingrid Betancourt pour «séparation de corps de fait». La Franco-Colombienne a été libérée le 2 juillet 2008 par les forces spéciales colombiennes après six ans passés dans la jungle aux mains de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

«Je la reverrai si la vie nous en donne l'occasion. Mais je ne vais pas rechercher» une telle rencontre, a-t-il encore indiqué.

Selon le journal, la demande de divorce pourrait faire l'objet d'une âpre bataille judiciaire entre Ingrid Betancourt, qui vit à Paris et Juan Carlos Lecompte, qui travaille à Bogota dans la publicité. Ses avocats pourraient tirer argument de récentes révélations d'anciens otages américains faisant état de «relations sentimentales» de Ingrid Betancourt pendant sa captivité, pour obtenir le divorce en faveur de son mari.