Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont autorisé à quitter l'Italie, sa prochaine audience le 4 octobre

ESPAGNE L’eurodéputé et leader du mouvement indépendantiste catalan a été interpellé par la police italienne à son arrivée à Alghero, en Sardaigne jeudi, mais libéré ce vendredi après-midi

20 Minutes avec AFP
— 
L'ancien président catalan Carles Puigdemont sort de prison vendredi 24 septembre 2021 en Sardaigne.
L'ancien président catalan Carles Puigdemont sort de prison vendredi 24 septembre 2021 en Sardaigne. — AFP

L’ancien président séparatiste catalan Carles Puigdemont a quitté vendredi la prison de Sassari, en Sardaigne, au lendemain de son arrestation à la demande de l' Espagne qui réclame son extradition pour la tentative de sécession de la Catalogne en 2017, a rapporté un journaliste de l’AFP.

Carles Puigdemont, salué par ses partisans, a quitté la prison sans faire de déclaration. Selon son avocat, il a été autorisé à quitter l’Italie dans l’attente de la prochaine audience à laquelle il prévoit d’assister le 4 octobre.

Le gouvernement espagnol veut qu’il soit jugé en Espagne

L’ex-président indépendantiste catalan « doit comparaître et se soumettre à la justice » espagnole, a affirmé vendredi le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

« Ce que doit faire Carles Puigdemont », qui a fui en 2017 en Belgique pour échapper aux poursuites de la justice espagnole, « est comparaître et se soumettre à la justice », a dit Pedro Sanchez lors d’une visite sur l’île de La Palma, aux Canaries, où un volcan est en éruption. Le dirigeant socialiste, qui a fait de l’apaisement en Catalogne l’une de ses priorités, a par ailleurs voulu « revendiquer le dialogue » avec la région « aujourd’hui, plus que jamais ».

Il n’a pas bénéficié de la grâce accordée à d'autres indépendantistes

Le Parlement européen avait levé le 9 mars l’immunité parlementaire de Carles Puigdemont et de deux autres eurodéputés indépendantistes, mesure qui avait été confirmée le 30 juillet par le Tribunal de l’UE.

Exilé en Belgique depuis la tentative de sécession de 2017 afin d’échapper aux poursuites de la justice espagnole, Carles Puigdemont n’a pas bénéficié de la grâce accordée fin juin aux neuf indépendantistes incarcérés en Espagne et le gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sánchez souhaite toujours qu’il soit jugé en Espagne. Carles Puigdemont est poursuivi pour « sédition » et est accusé de « détournements de fonds publics ».