ONU : La France dément mettre à disposition de l’UE son siège au Conseil de sécurité

PAS TOUCHE La France a démenti une information du quotidien britannique « The Telegragh » ce mercredi matin

20 Minutes avec AFP
— 
La salle du Conseil de sécurité de l'ONU. (illustration)
La salle du Conseil de sécurité de l'ONU. (illustration) — CHINE NOUVELLE/SIPA

La France a « formellement » démenti ce mercredi des informations du quotidien britannique The Telegraph selon lesquelles elle serait prête à mettre à disposition de l’Union européenne son siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. « Nous démentons formellement. Le siège est à nous et le restera », a affirmé l’Elysée, en réagissant au journal qui affirme à la une qu’Emmanuel Macron « pourrait offrir le siège à l’ONU » si l’UE soutenait ses plans pour une armée européenne.

« Nous nous coordonnons avec l’UE autant que nécessaire et en toute souveraineté », a précisé l’Elysée dans sa réaction. La France est l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité avec la Chine, les Etats-Unis, la Russie et le Royaume-Uni. The Telegraph publie son article en pleine crise diplomatique entre Paris d’un côté et Washington, Canberra et Londres de l’autre à la suite de la décision de ces trois capitales de conclure un partenariat stratégique dans la zone indopacifique, qui a fait perdre à la France un important contrat de sous-marins avec les Australiens.

La publication de l’article a fait réagir plusieurs responsables politiques français. « Macron doit démentir d’urgence. La France ne donnera jamais son siège au Conseil de sécurité de l’ONU. Qui s’y risquerait relèverait de la haute trahison », a écrit Jean-Luc Melenchon, candidat de la France insoumise, dans un tweet. « Si cette information est exacte il s’agit d’un acte de trahison envers la Nation. Si elle ne l’est pas Emmanuel Macron doit le dire et vite », a réagi la candidate d’extrême droite Marine Le Pen sur Twitter.