Canada : Elections législatives ce lundi pour décider de l’avenir politique de Justin Trudeau

STOP OU ENCORE Les Canadiens pourront offrir un troisième mandat au Premier ministre libéral ou préférer l’alternance avec le conservateur modéré Erin O’Toole

20 Minutes avec AFP
— 
Le Premier ministre Justin Trudeau (à droite) et le conservateur modéré Erin O'Toole, lors d'un débat durant la campagne des législatives au Canada, le 8 septembre 2021.
Le Premier ministre Justin Trudeau (à droite) et le conservateur modéré Erin O'Toole, lors d'un débat durant la campagne des législatives au Canada, le 8 septembre 2021. — Justin Tang/AP/SIPA

Justin Trudeau joue gros ce lundi. Appelés aux urnes par anticipation, les Canadiens vont décider qui formera le prochain gouvernement, lors de législatives à l’issue incertaine. Le vote devrait départager le Premier ministre libéral, qui vise un troisième mandat, et le conservateur modéré Erin O’Toole.

Pour cette course très serrée, les électeurs de Terre-Neuve-et-Labrador, sur la côte atlantique, seront les premiers à voter lundi puisque dès 8h30 (13 heures à Paris). À l’opposé, comme le Canada s’étale sur six fuseaux horaires, les derniers électeurs à faire une croix sur un bulletin de vote seront ceux de Colombie-Britannique, province de la côte pacifique, où les bureaux fermeront à 19 heures (02 heures mardi).

Des sondages difficiles pour le Premier ministre

La campagne éclair de 36 jours s’est terminée comme elle a commencé : avec un discours du Premier ministre sortant dans lequel il demande aux Canadiens de lui accorder un nouveau mandat. Il a déclenché des élections anticipées à la mi-août pour tenter de regagner la majorité qu’il avait perdue deux ans plus tôt.

Mais Justin Trudeau est, d’après les sondages, en train de perdre son pari. L’usure du pouvoir se fait sentir, la « Trudeaumanie » de 2015 semble bien loin… il plafonne autour de 31 % d’intentions de vote, au même niveau que son rival Erin O’Toole, encore inconnu du grand public il y a peu. Comme en 2019, ce « suspense absolument total » fait dire aux analystes que « la majorité semble très compliquée à atteindre pour qui que ce soit ».

Vers une alliance avec des petits partis ?

Dimanche, Justin Trudeau s’est démultiplié au dernier jour de campagne, faisant des arrêts d’est en ouest du pays. Erin O’Toole, qui était dimanche dans la grande région de Toronto, où il se présente, a lui promis aux Canadiens d’être le renouveau et a fait une campagne résolument au centre.

Les quelque 27 millions de Canadiens de 18 ans et plus admissibles à voter sont appelés à élire les 338 députés que compte la Chambre des communes. Si aucun des deux grands partis qui alternent au pouvoir depuis 1867 n’est en mesure d’obtenir une majorité des sièges, le vainqueur devra composer un gouvernement minoritaire. Dans ce cas, le futur Premier ministre devra collaborer avec les plus petits partis, comme le Nouveau Parti Démocratique (NPD, gauche), de Jagmeet Singh, crédité de près de 20 % des intentions de vote ou le Bloc québécois, formation indépendantiste dirigée par Yves-François Blanchet. Dernier grand parti en lice, les Verts d’Annamie Paul ont peiné à faire passer leur message d’une urgence climatique, luttant eux-mêmes pour leur survie en raison de problèmes d’unité, d’image et de finances.