Russie : Le parti du Kremlin remporte les législatives

ELECTION La formation du président Poutine récoltait ce dimanche soir plus de 39 % des voix, selon des résultats portant sur plus de 10 % des bureaux de vote

20 Minutes avec AFP
— 
Bureau de vote à Kyzyl, en Russie le 19 septembre 2021/
Bureau de vote à Kyzyl, en Russie le 19 septembre 2021/ — Kirill Kukhmar/TASS/Sipa USA/SIPA

Le parti Russie Unie de Vladimir Poutine se dirigeait vers une nette victoire ce dimanche aux legislatives. Un sondage réalisé à la sortie des bureaux de vote détaillé par la chaîne d’information d’Etat Rossiya-24 place le parti du Kremlin à 45,2 % devant les communistes à 21 %.

Selon les premiers résultats dévoilés par la Commission électorale, portant sur plus de 10 % des bureaux de vote, Russie Unie récoltait plus de 39 % des voix, devançant les communistes du KPRF (24,67 %). Suivent les nationalistes du LDPR (9,4 %), puis un nouveau venu sur la scène politique, le parti des « Nouvelles personnes » (7,7 %), et les centristes de Russie juste (6,8 %).

Les partisans de l’opposant Alexeï Navalny bannis du scrutin

Ces scores gouverneront l’attribution de la moitié des 450 sièges de députés de la Douma, chambre basse du Parlement, les autres étant attribués au scrutin majoritaire. Quelque 108 millions de Russes étaient appelés aux urnes.

Lors des précédentes législatives en 2016, Russie Unie avait obtenu 54,2 % des voix et les communistes 13,3 %, ces derniers pourraient donc améliorer leur score.

Les partisans de l'opposant Alexeï Navalny, emprisonné depuis son retour en janvier en Russie après un empoisonnement qu’il attribue au Kremlin, avaient été bannis du scrutin après que leur organisation a été classée « extrémiste » par la justice.

Les communistes portés par la stratégie de « vote intelligent »

Le mouvement avait donc élaboré une stratégie de « vote intelligent » destinée à soutenir les candidats -- souvent communistes -- les mieux placés pour gêner ceux du pouvoir. Par le passé, cette approche avait rencontré un certain succès, notamment à Moscou en 2019.

Selon l’une de ses représentants, le résultat des communistes, s’il se confirme, est donc un succès. « L’objectif du vote intelligent était de casser le monopole de Russie Unie, et c’est ce qui se passe », a espéré Lioubov Sobol sur la chaîne YouTube Navalny Live.

Nombreuses fraudes et irrégularités

Observateurs indépendants et opposant ont fait état de fraudes importantes tout au long du scrutin, organisé en partie en ligne. D’après une liste de l’ONG spécialisée Golos, ce sont plus de 4.500 possibles irrégularités qui ont été rapportées, dont des bourrages d’urnes.

La présidente de la Commission électorale, Ella Pamfilova a elle rejeté ces affirmations, jugeant que « les infractions étaient bien moindres » que par le passé, car le système électoral russe est devenu « tellement transparent ».

Pour contrer le « vote intelligent » prôné par Alexeï Navalny et les siens, les autorités russes avaient fait pression ces dernières semaines sur les géants de l’internet, obtenant vendredi qu’ils suppriment de leur boutique l’application mobile dédiée. Selon des sources interrogées par l’AFP, Google et Apple ont obéi par crainte d’arrestations de leurs employés en Russie.

La messagerie Telegram, très populaire en Russie, a aussi supprimé ces consignes de vote sur sa plateforme.

Cote de confiance à moins de 30 %

Russie Unie, même victorieux, est cependant loin d’avoir gagné le coeur des Russes, comme en témoigne sa cote de confiance à moins de 30 %, selon le centre de sondage étatique VTsIOM.

Le parti est miné par les affaires de corruption, souvent révélées d’ailleurs par le mouvement d’Alexeï Navalny. En outre les Russes ont vu leur niveau de vie s’effriter ces dernières années, une réalité qui s’est accélérée avec la pandémie.

Cette image très écornée ne menace cependant pas Vladimir Poutine qui reste populaire. « Nous croyons tout simplement en lui », résume Anna Kartachova, une moscovite de 50 ans, employée d’une entreprise pharmaceutique.