Afghanistan : Les eurodéputés prônent un programme spécial de visas pour les femmes afghanes

CONFLIT Les eurodéputés veulent faciliter l'évacuation des Afghans en danger 

20 Minutes avec AFP
— 
Une manifestation en soutien aux femmes afghanes, à Paris le 5 septembre 2021.
Une manifestation en soutien aux femmes afghanes, à Paris le 5 septembre 2021. — Thibault Camus/AP/SIPA

Les eurodéputés ont appelé, ce jeudi, l’UE à mettre en place un programme spécial de visas en faveur des femmes afghanes cherchant à échapper au régime des talibans.

Dans une résolution adoptée par 536 voix pour, 96 contre et 50 abstentions, ils invitent « l’Union européenne et ses Etats membres à œuvrer de concert pour faciliter l’évacuation des citoyens de l’UE et des Afghans en danger, notamment au moyen de couloirs sécurisés ».

Aucun retour forcé en Afghanistan

Le Parlement européen « se réjouit » de l’organisation par la Commission européenne d’un forum fin septembre sur les réfugiés afghans et estime que « la stratégie de l’Union devrait prévoir en priorité une généralisation de la réinstallation des personnes les plus en danger et les plus vulnérables, ainsi que d’autres voies complémentaires, comme l’octroi de visas humanitaires et un programme de visa spécial pour les femmes afghanes cherchant à échapper au régime des talibans ».

Il « demande instamment aux États membres de réévaluer à la lumière des derniers événements les demandes d’asile en cours et les demandes reçues récemment, y compris les demandes rejetées » et « souligne qu’il ne doit y avoir aucun retour forcé en Afghanistan, quelles que soient les circonstances ».

Pas de « reconnaissance politique des dirigeants » talibans

Lors d’une réunion fin août, les ministres de l’Intérieur des 27 pays de l’UE étaient convenus de soutenir les pays voisins de l’Afghanistan pour l’accueil de réfugiés, redoutant un afflux migratoire vers l’UE comparable à celui de 2015.

Les eurodéputés reconnaissent aussi que des contacts opérationnels avec le gouvernement des talibans « sont nécessaires pour des raisons logistiques, opérationnelles et humanitaires, afin de fournir une aide humanitaire aux civils qui en ont besoin et de permettre un passage sûr aux ressortissants étrangers et aux Afghans qui cherchent à quitter le pays ». Mais ils soulignent que « ces contacts devraient rester strictement limités aux objectifs pertinents à ce stade » et « que les conditions ne sont pas réunies pour la reconnaissance politique des dirigeants de fait talibans ».