Allemagne : Criminalisés par une ancienne loi sur l'homosexualité, 249 hommes indemnisés

COMPENSATION L’homosexualité masculine a été interdite par le paragraphe 175 du Code pénal entre 1871 et 1969 car elle était jugée « contre nature »

avec agence
— 
Un drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT .
Un drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT . — Richard Milnes//SIPA

En Allemagne, 249 hommes vont être indemnisés par l’office fédéral de la justice pour avoir été victimes d’une ancienne loi sur l’ homosexualité. L’homosexualité masculine a en effet été interdite par le paragraphe 175 du Code pénal entre 1871 et 1969 car elle était jugée « contre nature », rapporte Slate, ce mardi.

Cet article avait été renforcé par le gouvernement nazi sous le IIIe Reich. Les homosexuels étaient alors condamnés à dix ans de travaux forcés et, dans certains cas, à l’envoi dans des camps de concentration. La loi criminalisant l’homosexualité a finalement été respectivement abolie en Allemagne de l’Ouest (RFA) et en Allemagne de l’Est (RDA) en 1969 et 1968, quand l’homosexualité a été légalement autorisée.

317 demandes déposées

Le parlement allemand s’est excusé en 2000 du maintien du paragraphe 175 après la guerre. Les condamnations des homosexuels sous le régime nazi ont aussitôt été annulées, mais pas celles datant d’après la Seconde Guerre mondiale. Les hommes ayant fait l’objet de condamnations après la guerre ont dû attendre jusqu’en 2017 pour que leur statut de victime soit officiellement reconnu. La même année, une indemnisation de 3.000 euros par personne et 1.500 euros par année de prison a été décidée par les législateurs.

Au total, 317 demandes ont été déposées dans le cadre de ce dispositif de compensation financière. Pour l’heure, 249 dossiers ont été validés, 18 ont été rejetés et 14 sont toujours en cours de traitement. En outre, 36 personnes se sont rétractées. Les personnes concernées ont jusqu’au 21 juillet 2022 pour déposer une demande d’indemnisation auprès de l’office fédéral de la justice, qui a déjà déboursé 860.000 euros dans le cadre de cette opération.