Etats-Unis : Un militant suprémaciste blanc arrêté près du Congrès à Washington

CAPITOLE Les évènements rappellent l’assaut du Capitole en janvier

J.-L.D. avec AFP
— 
La police américaine, illustration
La police américaine, illustration — Grant Falvey/LNP/Shutterstock/SIPA

Un homme s’affirmant de l’idéologie de la suprématie blanche a été arrêté ce lundi avant l’aube près du siège du Parti démocrate à Washington à quelques jours d’une manifestation des partisans de Donald Trump, a indiqué la police en charge de la sécurité du Congrès américain.

Donald Craighead, habitant d’Oceanside en Californie, était au volant d’un pick-up sans plaque d’immatriculation et possédait une baïonnette et une machette, des armes interdites dans la capitale fédérale, a précisé la police dans un communiqué.

En patrouille

Il a expliqué aux policiers être « en patrouille » avant de parler « de l’idéologie suprémaciste blanche et d’autres discours se rapportant à la suprématie blanche », selon la police. Des croix gammées et d’autres inscriptions néo-nazies étaient peintes sur un des rétroviseurs et à l’intérieur du véhicule, selon les photos diffusées par la police sur son compte Twitter.

Le siège du Parti démocrate est situé à 500 mètres au sud du Congrès. La police a précisé qu’elle ignorait si l’homme était venu à Washington pour assister à la manifestation, prévue samedi, des partisans de l’ex-président républicain Donald Trump en soutien aux manifestants arrêtés pour avoir participé à l’assaut meurtrier contre le Congrès le 6 janvier.

Souviens-toi le 6 janvier dernier

Des centaines de manifestants pro-Trump avaient alors forcé l’entrée du Congrès au moment où les parlementaires y étaient réunis pour certifier la victoire du démocrate Joe Biden face au président républicain sortant. Près de 600 personnes ont depuis été arrêtées pour leur participation à cette attaque qui avait fait cinq morts.

Le siège du pouvoir législatif américain, qui reste marqué par le souvenir de l’assaut, a depuis été le théâtre d’autres incidents. Le 19 août, un homme a menacé pendant de longues heures de déclencher un engin explosif qu’il affirmait détenir dans son véhicule garé en face du Congrès, avant de se rendre aux autorités.

Le 2 avril, un policier avait été tué et un autre blessé lorsqu’un jeune homme avait précipité sa voiture contre un barrage qui en protégeait l’entrée, avant d’être abattu. La veille du 6 janvier 2021, un inconnu avait déposé des bombes artisanales devant les sièges des partis démocrate et républicain à Washington, qui n’avaient pas explosé.