Attentats du 11-Septembre : Comme il y a vingt ans, les dirigeants politiques rendent hommage aux victimes

REACTIONS Les principales réactions internationales et des médias aux commémorations des attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis, les attaques djihadistes les plus meurtrières de l’Histoire, perpétrées il y a vingt ans

20 Minutes avec AFP
— 
Le président de la République Emmanuel Macron.
Le président de la République Emmanuel Macron. — Romain GAILLARD-POOL/SIPA

« Nous n’oublierons jamais. Nous combattrons toujours pour la liberté », tweete ce samedi Emmanuel Macron pour les 20 ans des attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis, avec une vidéo d’un drapeau américain trônant sur le perron de l’Elysée. Le Président français ajoute la traduction en anglais : « We will never forget. We will always fight for freedom ». La vidéo sans fond sonore débute avec un zoom sur le drapeau américain avant d’élargir sur les deux drapeaux français qui l’entourent et de monter vers le ciel où apparaissent les mots « Never forget 9.11.2001 ».

Les hommages se sont multipliés en France, dont ceux des responsables politiques, pour ces attentats qui ont fait quelque 3.000 morts. « Chacun garde en mémoire les images bouleversantes du World Trade Center. En vingt ans, cette menace mortelle n’a pas faibli et doit être combattue avec une détermination totale », a tweeté la cheffe du RN et candidate à la présidentielle Marine Le Pen.

Autre candidat à la présidentielle de 2022, le président de droite de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand a estimé, dans un tweet : « La guerre contre l’islamisme, qui a aussi durement frappé notre pays, doit être menée sans relâche. Elle sera longue, mais nous la gagnerons ». A gauche, la maire de Paris et probable candidate du PS Anne Hidalgo rend aussi hommage aux victimes et rappelle qu’il y a 20 ans, « nous étions saisis d’effroi ». « Ces événements ont à jamais changé le visage du monde », conclut-elle.

Le chef des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, déplore également l'« assassinat de 3.000 New-Yorkais ». « Mais qu’a-t-il été fait de ces 20 ans de "guerre au terrorisme" ? Une suite de n’importe quoi guerrier et sécuritaire achevée dans la déroute à Kaboul. Il est temps de tout repenser », écrit-il.

Ces attentats « ont changé la politique dans le monde entier »

A Bruxelles, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a rendu hommage aux victimes de ces attaques djihadistes. « Le 11 septembre, nous nous souvenons de ceux qui ont perdu la vie et honorons ceux qui ont tout risqué pour les aider. Même dans les moments les plus sombres et les plus éprouvants, le meilleur de la nature humaine peut transparaître. L’UE se tient aux côtés des Etats-Unis pour défendre la liberté et la compassion contre la haine », a-t-elle tweeté.

En Grande-Bretagne, la reine Elisabeth II a rendu hommage aux victimes des attentats ainsi qu’à ceux qui se sont ensuite attelés à « reconstruire », dans un message adressé au président américain Joe Biden. « Mes pensées et prières – et celles de ma famille et du pays tout entier – demeurent auprès des victimes, des survivants et des familles affectées, ainsi qu’auprès des premiers intervenants et des secouristes », a déclaré la souveraine âgée de 95 ans.

En Italie, le président Sergio Matterella a exprimé la solidarité de son pays avec les Etats-Unis et ses autres alliés « pour contrer toute menace terroriste ». En Suisse, le président Guy Parmelin a souligné dans un tweet « le rejet inconditionnel du terrorisme ». Ces attentats « ont changé la politique dans le monde entier et ont eu aussi un impact sur notre vie en Suisse. Affirmant le rejet inconditionnel du terrorisme partout et toujours, j’exprime ma solidarité à toutes ses victimes », a-t-il écrit.

« Nous ne pouvons jamais considérer comme acquis notre paix »

En Allemagne, le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert, a rendu sobrement hommage aux victimes des attentats. « Aujourd’hui les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis marquent leur vingtième anniversaire. Nous nous souvenons des victimes », a tweeté le porte-parole. En Australie, le Premier ministre australien Scott Morrison, a rendu hommage « aux 2.977 personnes qui ont perdu la vie ce jour-là ».

« Le 11-Septembre nous rappelle que nous ne pouvons jamais considérer comme acquis notre paix, notre liberté et notre mode de vie », écrit Scott Morrison, dans une lettre ouverte présentant ses « sincères condoléances » à « tout le peuple américain ». Il y a des « moments où des choses que nous pensions être sûres peuvent changer en un clin d’œil et nous savons que rien ne sera plus comme avant », poursuit-il évoquant le « choc que nous avons ressenti alors que les fondations de notre monde semblaient ébranler. Le 11 septembre 2001 aux Etats-Unis a été un de ces jours ».