andry rajoelina prend le pouvoir

— 

Andry Rajoelina sort vainqueur de l'épreuve de force qu'il a engagée avec Marc Ravalomanana. Le président malgache a démissionné, hier, cédant aux appels de plus en plus musclés de l'opposition et de l'armée, selon l'AFP. Ravalomanana a aussitôt confié ses pouvoirs à un « directoire militaire », dirigé par « le plus ancien dans le grade le plus élevé, toutes armes confondues », le vice-amiral Hippolyte Rarison Ramaroson. Ce directoire militaire a annoncé hier soir avoir transmis par ordonnance les « pleins pouvoirs » au chef de l'opposition, Andry Rajoelina.

A 34 ans, ce dernier s'est imposé en peu de temps à la tête de l'opposition. Il avait pourtant refusé plus tôt dans la journée l'instauration d'un tel « directoire militaire ». « On avait déjà dit qu'on ne voulait pas de directoire militaire », avait lancé Rajoelina, dénonçant « un nouveau coup de couteau de M. Ravalomanana ». Accompagné par une marée de sympathisants et salué par les militaires brandissant leur fusil en signe de victoire, Andry Rajoelina avait auparavant fait une entrée triomphale dans les bureaux de la présidence dans le centre d'Antananarivo, pris d'assaut la veille par l'armée, pour « précipiter le départ » du chef de l'Etat. Dimanche, Marc Ravalomanana assurait qu'il ne démissionnerait « jamais » face à la contestation menée par Rajoelina, qui s'est fait le porte-voix des frustrations des Malgaches touchés par la hausse des prix, et de leur ressentiment contre le Président décrit comme coupé du peuple et affairiste. L'opposant s'était proclamé président d'une « haute autorité de transition » avant de réclamer l'arrestation de son rival. Mais on ignorait, hier, où se trouvait Marc Ravalomanana. L'hypothèse d'un départ en exil est largement évoquée. ■