Non, ce ne sont pas des chars américains laissés aux talibans, comme le dit Eric Ciotti, mais des engins soviétiques

FAKE OFF Le député des Alpes-Maritimes a publié une vidéo où un homme se filme devant du matériel de guerre. L’élu a affirmé qu’il s’agissait de chars américains laissés en Afghanistan. Il s’agit en réalité de vieux chars soviétiques

Mathilde Cousin
— 
Les chars visibles à l'arrière-plan sont de fabrication soviétique, confirment plusieurs experts à 20 Minutes.
Les chars visibles à l'arrière-plan sont de fabrication soviétique, confirment plusieurs experts à 20 Minutes. — Capture d'écran Twitter
  • Mardi, Eric Ciotti a publié une vidéo où un homme se filme avec, en arrière-plan, des chars et d’autres véhicules de guerre.
  • Pour l’élu, il s’agit de chars américains récupérés par les talibans en Afghanistan.
  • Si on ne dispose, pour le moment, d’aucune certitude sur le lieu où a été tournée cette vidéo ni sur sa date, les experts interrogés par 20 Minutes sont cependant formels sur un point : il s’agit ici de matériel soviétique et non américain.

« Scandaleux, les Etats-Unis ont laissé à des terroristes des centaines de chars, hélicoptères et autres véhicules de guerre », s’est indigné mardi Eric Ciotti. «  Joe Biden et l’Occident porteront une énorme responsabilité sur ce qui adviendra », a lancé le député LR des Alpes-Maritimes, accompagnant ses propos d’une vidéo montrant des chars et d’autres matériels militaires.

La vidéo avait été auparavant publiée par plusieurs comptes américains, qui avançaient qu’il s’agissait de « chars à l’aéroport de Kandahar [Afghanistan] que Joe Biden a laissés pour les combattants talibans ».

S’agit-il réellement de matériel américain ? Le mauvais état de certains véhicules laisse planer le doute.

FAKE OFF

Si on ne dispose, pour le moment, d’aucune certitude sur le lieu où a été tournée cette vidéo ni sur sa date, les experts interrogés par 20 Minutes sont cependant formels sur un point : il s’agit ici de matériel soviétique et non américain.

Les Soviétiques ont envahi l’Afghanistan en 1979 et se sont retirés du pays dix ans plus tard dans des « conditions rocambolesques », souligne un expert du secteur, qui souhaite rester anonyme. En partant, les soldats de l’armée rouge ont laissé derrière eux du matériel, dont une partie a fini dans des « cimetières » à ciel ouvert, où ils rouillent et vieillissent. Plusieurs de ces cimetières se trouvent dans les environs de Kaboul.

Des chars, mais pas seulement

Pêle-mêle, on voit sur la vidéo relayée par Eric Ciotti des véhicules de reconnaissance et de combat, les BRDM, des chars T55, ainsi que des canons antiaériens, des ZSU 23/4, et des BMP-1, des véhicules de combat, précise Nicholas Drummond, un consultant britannique.

Ces véhicules ne semblent pas en état d’usage. Les véhicules de type BRDM sont par exemple « en piteux état », souligne Florent de Saint-Victor, spécialiste des questions de défense et auteur d’un blog spécialisé. En revanche, les chars T-55 sont « robustes » et « peuvent être remis en état en bricolant, mais après un gros travail de mécanique », ajoute-t-il. Il faut également des munitions, souligne un autre expert.

« Des fins de propagande »

Quid des autres matériels laissés par les Américains et leurs alliés après leur retrait précipité du pays ces dernières semaines ? Des vidéos montrant des talibans s’exhibant avec des hélicoptères Black Hawk ou d’autres équipements ont fait le tour des réseaux sociaux. « Il ne faut pas sous-estimer la capacité des talibans à les utiliser à des fins de propagande », rappelle Florent de Saint-Victor.

Avant le retrait américain, ces matériels étaient entretenus par des entreprises privées, qui sont parties avec le retrait des troupes. « L’armée afghane est incapable d’assurer la maintenance de ces hélicoptères, ajoute un autre connaisseur du secteur auprès de 20 Minutes. Une fois que ce matériel sera en panne, ou aura besoin de maintenance, il sera dans les hangars. »

En revanche, les talibans pourraient réutiliser des fusils, du matériel radio ou des jumelles à vision nocturne. Ce dernier équipement pourrait leur donner un avantage lors de combats, estime cet expert.

L’administration américaine a reconnu le 18 août qu’un « bon nombre » d’équipements « est tombé entre les mains des talibans ». Selon un rapport d’un organisme du Congrès, 167 appareils livrés à l’armée afghane étaient en état de voler le 30 juin.