Royaume-Uni : Une entreprise d’aide à domicile s’engage à former et employer 500 réfugiés afghans

SOLIDARITE Le co-fondateur de l’entreprise Cera espère pouvoir « jouer ne serait-ce qu’un petit rôle » pour aider les Afghans qui fuient leur pays depuis le retour au pouvoir des talibans

20 Minutes avec agences
— 
Un drapeau afghan flotte devant le ministère de l'Intérieur du gouvernement britannique à Londres, le lundi 23 août 2021.
Un drapeau afghan flotte devant le ministère de l'Intérieur du gouvernement britannique à Londres, le lundi 23 août 2021. — Alberto Pezzali/AP/SIPA

Un des plus grands prestataires de soins à domicile britannique, Cera, s’est engagé ce jeudi à former et employer 500 réfugiés venus d’Afghanistan les cinq prochaines années. L’entreprise a annoncé qu’elle travaillera avec plus de 160 autorités locales ainsi qu’avec le gouvernement pour identifier et former les nouveaux arrivants aux métiers de ce secteur, qui souffre d’un important manque de main-d’œuvre.

« Jouer ne serait-ce qu’un petit rôle »

Trouver un emploi est « un obstacle important à surmonter de plus » pour les nombreuses personnes qui commencent une nouvelle vie après avoir fui leur pays, a déclaré le cofondateur et directeur général de Cera, Ben Maruthappu. « Au cours des cinq prochaines années, notre objectif est de les soutenir dans cette aventure en leur offrant une voie non seulement vers un emploi rémunérateur, mais aussi une carrière extrêmement enrichissante dans l’un des secteurs les plus importants du Royaume-Uni », a-t-il ajouté. Ben Maruthappu a déclaré espérer pouvoir « jouer ne serait-ce qu’un petit rôle pour aider ceux qui arrivent d’Afghanistan ».

Selon des chiffres du ministère de l’Intérieur communiqués mercredi, plus de 5.500 Afghans ont été évacués de leur pays via un dispositif ciblant les personnes employées par le Royaume-Uni en Afghanistan et leurs familles, qui craignent pour leur sécurité depuis le retour au pouvoir des talibans. En plus de ce dispositif, le gouvernement britannique a annoncé vouloir accueillir ces prochaines années 20.000 réfugiés afghans « menacés par la crise actuelle », en particulier les femmes, les filles et les minorités religieuses.