Venise : L’accès au centre-ville pourrait devenir payant à l’été 2022

PATRIMOINE En fonction de la période de l'année, les adultes visitant le centre-ville historique de la Cité des Doges pour la journée pourraient devoir s’acquitter de 3 à 10 euros

20 Minutes avec agence
— 
Un gondolier à Venise.
Un gondolier à Venise. — ATLAS PHOTOGRAPHY/SIPA

Les visiteurs du centre-ville de Venise pourraient à terme être soumis à une taxe d’entrée dans la ville. Un système de réservation est également envisagé. Les autorités locales envisagent ce dispositif afin d’empêcher la fréquentation du site touristique de dépasser un certain niveau. L’accès à la zone concernée se ferait en passant par des tourniquets comptabilisant le nombre de personnes, indique le journal italien La Stampa, relayée par Le Figaro.

Pour les franchir, il faudrait s’acquitter d’un droit de passage s’élevant de 3 à 10 euros par visiteur en fonction de la période de l’année. Cette taxe ne serait cependant à régler que par les touristes adultes passant une journée sur place. Ceux qui logent dans un des hôtels du centre-ville de la Cité des Doges ne seraient en effet pas concernés. Les enfants, les habitants de Venise et leurs proches seraient eux aussi exemptés du paiement.

« Venise va bientôt ressembler à un parc d’attractions »

Aucune date d’entrée en vigueur du dispositif n’a été communiquée mais le quotidien italien a évoqué l’été 2022. Reste que la mesure n’a pas été officiellement confirmée, même si les lois la rendant possible ont été votées. « Venise va bientôt ressembler à un parc d’attractions », a dénoncé le conseiller municipal Marco Gasparinetti. La ville de 55.000 habitants accueille chaque année un total de 30 millions de touristes.

L’objectif de la taxation de l’accès est de limiter les effets néfastes de cette forte présence humaine sur le patrimoine culturel et architectural ainsi que sur l’environnement. L’éventuel dispositif est cependant loin de ravir les professionnels du tourisme. « Économiquement, cet arsenal de mesures est pour nous une catastrophe », a témoigné l’employé d’un hôtel local, faisant aussi référence à la récente interdiction des paquebots de croisière dans la lagune de Venise.