Coronavirus au Royaume-Uni : Pénurie de milkshakes et boissons chez McDonald's

RUPTURE L'enseigne fait face à des problèmes de chaîne d'approvisionnement

20 Minutes avec agences
— 
Un restaurant McDonald's (illustration)
Un restaurant McDonald's (illustration) — DAINA LE LARDIC/SIPA

Le géant américain du « fast food » McDonald’s a annoncé ce mardi qu’il faisait face à une pénurie de milkshakes au Royaume-Uni à la suite des problèmes de chaîne d’approvisionnement attribués au Brexit et à la pandémie de Covid-19. L’enseigne est aussi à court de boissons en bouteille dans ses 1.250 sites en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles.

D’après une déclaration, le groupe admet que, « comme beaucoup de distributeurs, nous faisons face à des problèmes de chaîne d’approvisionnement, avec un impact sur la disponibilité de quelques produits ». En particulier, les « boissons en bouteille et les milkshakes sont provisoirement indisponibles dans les restaurants » en Grande-Bretagne, ajoute-t-il. Il assure que le groupe « travaille dur pour ramener ces éléments sur le menu » et présente ses excuses à ses clients pour ce désagrément.

Recrutement difficile

McDonald’s est le dernier en date à subir l’impact des problèmes d’approvisionnement après notamment la chaîne de restaurants Nando’s, obligée la semaine dernière à fermer quelque 50 restaurants à cause d’un manque de poulet, attribué à des pénuries de travailleurs et de chauffeurs routiers chez les fournisseurs et dans les sociétés de logistique. La chaîne américaine de poulet frit KFC a également récemment averti que les problèmes de logistique entraînaient des pénuries de certains éléments de son menu.

Les problèmes d’approvisionnement plombant depuis maintenant plusieurs mois les usines ou les distributeurs britanniques sont une conséquence du Brexit, qui complique l’entrée au Royaume-Uni de travailleurs originaires de l’Union européenne, tandis que nombre d’entre eux sont retournés dans leur pays d’origine. La pandémie de Covid-19 a accentué l’exode des travailleurs étrangers tandis que nombre d’employés qui ont été mis au chômage partiel ou licenciés ont cherché du travail dans d’autres secteurs que la distribution.

Les représentants sectoriels demandent au gouvernement d’amender la législation pour que les chauffeurs routiers étrangers puissent plus facilement se rendre au Royaume-Uni, avertissant de pénuries de nourriture dans ce pays. Signe des difficultés à trouver du personnel, le géant américain du commerce Amazon offre une prime à l’embauche de 1.000 livres pour les nouvelles recrues dans ses entrepôts au Royaume-Uni.