Angela Merkel plaide pour le dialogue avec Vladimir Poutine

ACCORDS ET DESACCORDS A l'occasion de leur dernière rencontre avant que la chancelière d'Allemagne ne quitte le pouvoir, les deux dirigeants avaient pas mal de dossiers chauds à aborder

Armelle Le Goff
— 
Angela Merkel et Vladimir Poutine, le 20 août 2021.
Angela Merkel et Vladimir Poutine, le 20 août 2021. — Sergei GUNEYEV / SPUTNIK / AFP

Désaccords mais volonté de dialogue. Angela Merkel a plaidé vendredi à Moscou pour la poursuite du dialogue avec la Russie malgré leurs oppositions. L’occasion ? Sa dernière rencontre avec Vladimir Poutine avant que la chancelière ne quitte le pouvoir, après 16 ans de pouvoir et de relation complexe avec le maître du Kremlin.

Vladimir Poutine a lui aussi affirmé que ce rendez-vous n’était pas « juste une visite d’adieu », mais une rencontre « sérieuse » entre ces vétérans de la vie politique européenne car « beaucoup de questions doivent être discutées », entre une russophone qui a grandi en RDA, et un président russe germanophone qui servit le KGB en Allemagne de l’Est.

Le contentieux Alexeï Navalny

Au « jour anniversaire » de l’empoisonnement d’Alexeï Navalny, cette visite de la chancelière allemande apparaît comme symbolique. Car après deux jours dans le coma dans un hôpital sibérien, c’est à Berlin que le militant anticorruption avait été transféré le 22 août 2020.

C’est là que son empoisonnement par un produit militaire soviétique, le Novitchok, a été diagnostiqué et soigné. Sauvé, il accusera le Kremlin et ses services de sécurité (FSB). Depuis, l’Occident, Berlin en tête, réclame des explications à Moscou, qui dément tout.

Le porte-parole de la chancelière Steffen Seibert avait souligné mercredi que l’affaire Navalny « pèse lourdement sur la relation avec la Russie » car il « est injustement emprisonné ». Le président français Emmanuel Macron est allé dans ce sens, demandant au téléphone jeudi à Vladimir Poutine la libération d’Alexeï Navalny.

Impasse ukrainienne

L’opposant a lui remercié vendredi depuis sa prison, dans un message sur les réseaux sociaux, tous ceux qui lui ont sauvé la vie et affirmé qu’il poursuivrait son combat.

« J’ai une deuxième chance de vivre, et de prendre toutes les décisions que j’estime justes et honnêtes », a-t-il écrit.

Autre sujet brûlant pour cette dernière rencontre Merkel-Poutine : l’Ukraine. Angela Merkel tente avec la France de négocier avec Moscou une solution au conflit séparatiste prorusse qui déchire l’Est du pays depuis 2014, déclenché dans la foulée de l’annexion russe de la Crimée. Mais le processus est dans l’impasse.

La chancelière est d’ailleurs attendue dimanche à Kiev.

Mais derrière les sujets qui fâchent, Angela Merkel a aussi des points de convergence avec la Russie de Vladimir Poutine.

Les deux vétérans ont ainsi imposé au final aux Etats-Unis, à des Européens méfiants et à l’Ukraine un gazoduc sous-marin, Nord-Stream 2 qui va accroître l’alimentation en gaz russe de l’Allemagne et de l’Europe pour les décennies à venir.