Afghanistan : Quelles conséquences a le retour des talibans pour le pays ?

INTERVIEW Margaux Benn, journaliste indépendante et correspondante pour plusieurs médias en Afghanistan, raconte à « 20 Minutes » le sentiment de peur mais aussi la surprise des habitants des grandes villes afghanes

Paul Blin-Kernivinen
Afghanistan: Quelles conséquences a le retour des Talibans sur le pays? — 20 Minutes

A Kaboul, comme dans d’autres grandes villes d’Afghanistan, depuis plusieurs jours la peur est de nouveau présente. Avec l’arrivée des talibans au pouvoir, des démons vieux de vingt ans ont refait surface. Pour ne pas revivre ce qu’ils ont connu de 1996 à 2001, lors du règne des talibans, ou pour ne jamais avoir à le connaître, nombreux sont les Afghans qui tentent de fuir.

Selon Margaux Benn, journaliste indépendante et correspondante pour plusieurs médias en Afghanistan, ces scènes de chaos à l’aéroport de Kaboul s’expliquent par un sentiment de peur mais aussi la surprise des habitants des grandes villes. « Quand les talibans sont arrivés, ils sont arrivés sans violence, mais ils sont arrivés en masse et sans aucune opposition de la part de l’armée. Les habitants de Kaboul ne s’attendaient pas à ce que leur ville, leur capitale soit prise aussi rapidement », explique la journaliste.

Menacés

Depuis vingt ans que les talibans ont été chassés du pouvoir, une grande partie des habitants de la capitale ont retrouvé des libertés et des droits qui déplaisent au groupe extrémiste. « Il y a énormément de gens dans cette ville qui sont ciblés, menacés par les talibans, qui ont déjà été victimes de tentatives d’assassinat, ou qui tout simplement savent très bien que leur mode de vie, leur mode de pensée ne correspond pas au projet de société taliban », poursuit Margaux Benn.

La menace d’un gouvernement taliban n’est pas la seule inquiétude, selon la correspondante qui multiplie les voyages en Afghanistan. « De nombreuses milices et groupes armés sont prêts à prendre les armes contre le gouvernement taliban. Donc ce qu’il y a à craindre c’est que la situation dégénère et qu’il y ait une grande déstabilisation de la société afghane. »