Afghanistan : Les talibans recherchent les personnes ayant travaillé avec les Américains pour les arrêter selon l’ONU

REPRESSION Contrairement à ce qu’ils ont promis il y a deux jours, les talibans comptent punir les personnes ayant travaillé pour les Occidentaux, ainsi que leur famille

M.F avec AFP
— 
Des combattants talibans patrouillent à Kaboul, en Afghanistan, le jeudi 19 août 2021.
Des combattants talibans patrouillent à Kaboul, en Afghanistan, le jeudi 19 août 2021. — Rahmat Gul/AP/SIPA

Selon un rapport de l’ONU, les belles promesses des talibans ne seraient que de la poudre aux yeux. Un document rédigé par un groupe d’experts d’évaluation des risques pour les Nations Unies assure que les insurgés ayant pris le pouvoir en Afghanistan dimanche ont intensifié leur recherche des personnes ayant travaillé avec les forces américaines et de l’Otan. Selon leur rapport, les talibans établissent des « listes prioritaires » d’individus qu’ils souhaitent arrêter.

Des actes qui vont totalement à l’encontre de ce qu’avait annoncé le mouvement fondamentaliste islamiste ce mardi, lors d’une conférence de presse à Kaboul. Leur porte-parole, Zabihullah Mujahid, avait en effet promis « une amnistie générale » pour tous et assuré que les Afghans ayant travaillé pour les Occidentaux ne seraient pas poursuivis. « Personne ne les chassera, personne ne leur demandera pourquoi ils ont travaillé ou traduit pour les Etats-Unis. (…) Je veux assurer à la communauté internationale que personne ne sera blessé », avait-il déclaré, assurant que les adversaires étaient « pardonnés ».

7.000 personnes évacuées par l’armée américaine depuis le 14 août

Un discours visant à rassurer la communauté internationale et les Afghans, mais malgré cela, des milliers d’habitants cherchent toujours à fuir le pays. Environ 7.000 personnes ont été évacuées d’Afghanistan par l’armée américaine depuis le 14 août, a indiqué jeudi un haut responsable du Pentagone. Au total, près de 12.000 personnes ont été évacuées depuis la fin juillet, a-t-il ajouté. Parmi eux, des citoyens américains, des membres de l’ambassade américaine, et des Afghans ayant travaillé pour les Etats-Unis, notamment en tant qu’interprètes pour l’armée américaine, demandant un visa d’immigration spéciale (SIV) par crainte des représailles des talibans.

Selon le rapport écrit par le Centre norvégien d’analyses globales, une organisation fournissant des rapports de renseignement aux agences onusiennes, les Afghans les plus à risque sont ceux qui possédaient des postes à responsabilité au sein des forces armées afghanes, de la police et des unités de renseignement.

« Menacés de torture et d’exécutions »

Les talibans ont effectué des « visites ciblées porte-à-porte » chez les individus qu’ils veulent arrêter ainsi que chez les membres de leur famille, précise le rapport. Selon ce dernier, les insurgés filtrent les individus qui souhaitent accéder à l’aéroport de Kaboul, et ont mis en place des points de contrôle dans les plus grandes villes, y compris dans la capitale et à Jalalabad. « Ils ciblent les familles de ceux qui refusent de se rendre, et poursuivent et punissent les familles "selon la charia" », a déclaré le directeur du Centre norvégien d’analyses globales, Christian Nellemann.

« Nous nous attendons à ce que les individus ayant travaillé pour les forces américaines et de l’Otan et leurs alliés, ainsi que les membres de leurs familles, soient menacés de torture et d’exécutions », a-t-il ajouté. « Cela mettra davantage en péril les services de renseignement occidentaux, leurs réseaux, leurs méthodes, et leur capacité à contrer à la fois les talibans, l’EI, et les autres menaces terroristes dans le futur », a également soutenu Christian Nellemann. Selon le rapport, les insurgés « recrutent rapidement » de nouveaux informateurs pour collaborer avec le régime taliban et étendent leurs listes de cibles en contactant des mosquées et des courtiers.

L’armée prête à « ouvrir des entrées supplémentaires »

Face à l’afflux de candidats au départ qui se pressent à l’aéroport de Kaboul depuis la prise du pouvoir par les talibans, l’armée « est prête » à augmenter les rotations aériennes et a l’intention de « maximiser la capacité de chaque avion » pour évacuer le plus grand nombre de personnes, a expliqué le général Taylor. Selon ce haut-gradé, les avions militaires américains peuvent transporter entre 5.000 et 9.000 personnes chaque jour.

« Les entrées de l’aéroport de Kaboul sont sécurisées », a-t-il assuré, soulignant que les renforts de troupes acheminées pour assurer la sécurité des opérations « permettront d’ouvrir des entrées supplémentaires ». Les Etats-Unis prévoient d’évacuer en tout plus de 30.000 Américains et civils afghans.