Coronavirus aux Antilles : Le couvre-feu avancé à 20 heures à Saint-Barthélemy

RESTRICTION La préfecture a justifié cette décision par une « forte dégradation de la situation hospitalière à Saint-Barthélemy »

20 minutes avec agence
— 
Des tests antigéniques dans une pharmacie de Gustavia, sur l’île de Saint-Barthélemy, le 1er août 2021.
Des tests antigéniques dans une pharmacie de Gustavia, sur l’île de Saint-Barthélemy, le 1er août 2021. — Paul Morigi//SIPA

Le préfet délégué dans les collectivités de Saint-Barthélemy et Saint-Martin, Serge Gouteyron, a décidé de renforcer les mesures de lutte contre l’épidémie du Covid-19 qui sévit actuellement dans les Antilles. Depuis lundi, le couvre-feu est avancé. Les déplacements sont désormais interdits entre 20 heures et 3 heures du matin. Ils l’étaient jusque-là de 22 heures à 5 heures, rapporte Franceinfo.

Par ailleurs, la préfecture a rappelé que « l’ensemble des établissements de restauration doivent être fermés à 20 heures à Saint-Barthélemy, comme à Saint-Martin ». En outre, la livraison est interdite pendant le couvre-feu. Afin de faire respecter ces nouvelles mesures, la préfecture a affirmé que des contrôles seraient opérés par la gendarmerie nationale.

Les 15-44 ans particulièrement touchés, selon Santé Publique France

Cette décision a été prise en raison d’une « forte dégradation de la situation hospitalière à Saint-Barthélemy », a indiqué le préfet. « Les taux de positivité et d’incidence [sont] toujours supérieurs au seuil de vigilance et d’alerte respectifs témoignant d’une circulation importante du Sars-CoV-2, dans un contexte de recours au dépistage en diminution », a écrit Santé Publique France dans un bulletin publié vendredi.

53 cas positifs au Covid-19 ont été enregistrés entre le 9 et le 13 août. Selon l’organisme, la classe d’âge la plus touchée à Saint-Barthélemy est celle des 15-44 ans. Au 12 août, 69,4 % de la population de l’île âgée de 12 ans et plus avaient reçu au moins une dose de vaccin et 60,0 % avaient reçu un schéma vaccinal complet, selon Santé Publique France.