Après l'arrivée des talibans en Afghanistan, Malala Yousafzai dit avoir peur pour ses «soeurs afghanes»

CRISE EN AFGHANISTAN Revivez avec nous les derniers événements en Afghanistan

M.L. et M.F
— 
Malala Yousafzai. (Archives)
Malala Yousafzai. (Archives) — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

L’ESSENTIEL

  • L’Afghanistan est aux mains des talibans après l’effondrement des forces gouvernementales.
  • Le président Ashraf Ghani a fui à l’étranger et a reconnu la victoire du mouvement fondamentaliste islamiste au terme d’une guerre de près de 20 ans.
  • L’aéroport de Kaboul est pris d’assaut depuis dimanche par des ressortissants étrangers et des milliers d’Afghans désireux de quitter le pays après la prise de pouvoir des talibans.
  • « L’urgence absolue est de mettre en sécurité nos compatriotes » et « les Afghans qui ont travaillé pour la France », a déclaré Emmanuel Macron, ce lundi lors d’une allocution.
  • Dans son discours lundi soir, Joe Biden a expliqué qu'il refuse « de léguer cette guerre à un prochain président ». 

A LIRE AUSSI

A VOIR

 

22:54 : Fin du live concernant la situation en Afghanistan, merci de nous avoir suivi et bonne fin de soirée. 

22:01 : Il est «trop tôt» pour décider de l'avenir de l'ambassade de France en Afghanistan 

Il est «trop tôt» pour décider du maintien ou non de l'ambassade de France à Kaboul, qui dépendra de l'évolution de la situation après la prise du pouvoir par les talibans, a indiqué mardi l'Elysée.

Pour le moment, l'ambassade reste opérationnelle même si elle a été délocalisée à l'aéroport de Kaboul, où l'ambassadeur David Martinon et son équipe gèrent les opérations d'évacuation des derniers ressortissants français et des Afghans ayant travaillé pour la France.

Dans ce contexte d'incertitude, «il est trop tôt pour fixer le niveau de représentation» de la France à l'avenir, a précisé l'Elysée, alors que de nombreux pays ont évacué leur personnel diplomatique après l'entrée des talibans dans la capitale afghane.

21:57 : Washington prêt à maintenir des opérations diplomatiques en Afghanistan après le 31 août, si la situation est «sûre» (département d'Etat)

Les Etats-Unis sont prêts à maintenir leur présence diplomatique à l'aéroport de Kaboul après la date limite de retrait fixée au 31 août si les conditions le permettent, a affirmé mardi le département d'Etat.

«Si (la situation) est sûre, et si c'est responsable pour nous de rester plus longtemps, nous pourrions contempler cela», a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price devant la presse.

21:46 : Après l'arrivée des talibans, Malala Yousafzai dit avoir peur pour ses «soeurs afghanes»

«Comme beaucoup de femmes, j'ai peur pour mes soeurs afghanes»: la militante pakistanaise pour les droits des femmes Malala Yousafzai a exprimé ses craintes mardi dans le New York Times, après la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan.

Dans une tribune pour le quotidien américain, la prix Nobel de la paix 2014 dresse un parallèle entre le futur des femmes afghanes et sa propre situation, elle qui avait survécu en 2012 à un attentat des talibans au Pakistan.

21:22 : Washington espère que les talibans «tiendront» leurs promesses sur les droits humains (département d'Etat)

Les Etats-Unis espèrent que les talibans «tiendront» leurs promesses sur les droits humains, a affirmé mardi le porte-parole du département d'Etat, Ned Price.

«Si les talibans disent qu'ils vont respecter les droits de leurs citoyens, nous attendrons d'eux qu'ils tiennent cet engagement», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

21h : Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU annonce une réunion le 24 août

Le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies a anoncé mardi soir qu'il tiendrait une session spéciale le 24 août pour examiner «les inquiétudes sérieuses concernant les droits de l'Homme» après la prise du pouvoir par les Talibans en Afghanistan.

La réunion, à Genève, a été demandée par les représentants afghan et pakistanais, soutenus pour l'instant par 89 pays.

20h50: Les talibans ont pris possession d'une «bonne quantité» de matériel militaire américain 

Une «quantité conséquente» d'équipements militaires américains se trouve désormais aux mains des talibans, a reconnu mardi le conseiller à la sécurité nationale du président américain Joe Biden, Jake Sullivan.

«Une bonne quantité est tombée dans les mains des talibans et nous n'avons évidemment pas l'impression qu'ils vont volontiers nous les rendre», a-t-il dit lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, en réponse à une question sur les équipements militaires américains en Afghanistan.

20h17 : La Maison Blanche affirme que Joe Biden n’a eu aucun contact récent avec des chefs d’Etat étrangers sur l’Afghanistan

Le président américain Joe Biden n’a eu aucun contact avec des chefs d’Etat étrangers sur l’Afghanistan depuis la chute de Kaboul, a fait savoir mardi son conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan. « Il n’a pas encore échangé avec des dirigeants internationaux », a-t-il indiqué depuis la Maison Blanche.

20h02 : Les talibans « prêts à protéger » l’accès à l’aéroport des civils évacués par les Américains, affirme la Maison Blanche

Les talibans sont «prêts à protéger» l'accès à l'aéroport de Kaboul pour les civils évacués par les Américains, a assuré mardi le conseiller du président Joe Biden à la sécurité nationale, Jake Sullivan. Washington négocie avec les talibans le «calendrier» des évacuations américaines, a-t-il aussi indiqué lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche

19h30 : La France voudrait rapatrier encore «quelques dizaines» d'Afghans, fait savoir Florence Parly

La France souhaiterait rapatrier encore «quelques dizaines» d'Afghans ayant collaboré avec l'armée française, a indiqué mardi la ministre française des Armées sur BFMTV, précisant que «tous les canaux de discussion» étaient activés sur place pour y parvenir.

«Il reste quelques dizaines d'Afghans dont nous considérons qu'ils doivent pouvoir être rapatriés le plus rapidement possible», a déclaré Florence Parly. «Cela fait partie des discussions qui ont lieu au plan local et qui évoluent heure après heure. Nous avons besoin d'activer tous les canaux de discussion».

19h27 : Angela Merkel ouverte à l’accueil « contrôlé » de réfugiés vulnérables

Angela Merkel s’est dite mardi ouverte à l’accueil « contrôlé » de réfugiés afghans « particulièrement vulnérables » qui fuient le régime taliban, tout en admettant la difficulté de trouver un accord sur le sujet entre partenaires européens. La chancelière allemande a toutefois indiqué que des solutions régionales devaient être recherchées dans un premier temps afin d’accueillir ces réfugiés dans les pays voisins de l’Afghanistan.

« Dans un deuxième temps, nous pourrons réfléchir à la question de savoir si les personnes particulièrement vulnérables doivent venir en Europe (…) de manière contrôlée et avec un soutien », a-t-elle affirmé lors d’une conférence de presse.

19h23: Le Canada ne reconnaîtra pas un gouvernement taliban, annonce Justin Trudeau

Le Canada «n'a pas l'intention de reconnaître un gouvernement taliban», a déclaré mardi le Premier ministre Justin Trudeau. «Lorsqu'ils étaient au pouvoir il y a 20 ans, le Canada ne reconnaissait pas leur gouvernement. Ils ont renversé par la force et remplacé un gouvernement dûment élu, et forment un groupe terroriste d'après la loi canadienne», a-t-il poursuivi. 

19h02 : « Nous jugerons les talibans à leurs actes », prévient Berlin

« Nous jugerons les talibans à leurs actes », a prévenu mardi le ministre allemand des Affaires étrangères, déplorant l’entrave de l’accès à l’aéroport de Kaboul pour les candidats afghans à l’évacuation.

« Ce qui est important, c’est que cette phase de transition soit pacifique et cela dépendra de ce que le gouvernement de transition fera réellement dès qu’il sera en place, et si nous pouvons croire ses déclarations », a déclaré Heiko Maas lors d’une conférence de presse à Berlin à l’issue d’un Conseil des ministres des affaires étrangères de l’Union européenne.

18h48 : L’UE « doit parler » aux talibans car « ils ont gagné la guerre », affirme Josep Borrell

L’UE « devra parler » aux talibans « aussi vite que nécessaire », car ces derniers « ont gagné la guerre » en Afghanistan, a déclaré mardi Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne, observant que l’intervention occidentale avait échoué dans son objectif de construction d’un Etat afghan.

« Les talibans ont gagné la guerre. Donc, nous devrons parler avec eux, afin d’engager un dialogue aussi vite que nécessaire pour éviter une catastrophe humanitaire et migratoire » et « empêcher le retour d’une présence terroriste étrangère » en Afghanistan, a-t-il indiqué, tout en précisant que cela n’impliquait pas pour autant une prompte reconnaissance officielle du régime taliban.

18h20 : La guerre est terminée en Afghanistan, tout le monde est pardonné, affirment les talibans

Les talibans ont assuré mardi que la guerre était terminée en Afghanistan et que tous leurs adversaires seraient pardonnés, lors de leur première conférence de presse après avoir pris le pouvoir à Kaboul.

« La guerre est terminée (… le leader des talibans) a pardonné tout le monde », a déclaré le porte-parole Zabihullah Mujahid. « Nous nous engageons à laisser les femmes travailler dans le respect des principes de l’islam », a-t-il notamment ajouté.

18h18 : Le voile obligatoire mais pas la burqa, annoncent les talibans

Le port de la burqa, un voile intégral, ne sera pas obligatoire pour les femmes car « il existe différents types de voile », a annoncé mardi un porte-parole des talibans qui ont pris le pouvoir en Afghanistan. Lorsque les talibans dirigeaient ce pays, entre 1996 et 2001, les écoles de filles étaient fermées, les femmes ne pouvaient ni voyager ni travailler, et étaient obligées de porter en public une burqa, un voile qui recouvre tout le corps et le visage, avec une grille en tissu au niveau des yeux.

« La burqa n’est pas le seul hijab (voile) qui peut être porté, il existe différents types de hijab qui ne se limitent pas à la burqa », a déclaré Suhail Shaheen, porte-parole du bureau politique du groupe à Doha, à la chaîne britannique Sky News. Shaheen n’a pas précisé quels sont les autres types de hijab qui seraient jugés acceptables par les talibans.

18h07 : Le procureur de la CPI évoque des « violations du droit international humanitaire »

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) s’est dit mardi particulièrement préoccupé par la situation en Afghanistan, évoquant des crimes et des exécutions en guise de représailles pouvant relever de violations du droit international humanitaire.

« Je suis de près les événements en Afghanistan et je suis particulièrement préoccupé par les signalements récents faisant état d’une escalade de la violence dans le pays », a déclaré dans un communiqué Karim Khan, évoquant des crimes « qui pourraient relever de violations du droit international humanitaire ».

17h35 : Arrivée à Roissy des premiers Français et étrangers évacués de Kaboul par la France

L’avion transportant les premiers ressortissants français et étrangers évacués de Kaboul par la France est arrivé mardi après-midi à l’aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle. L'A310 transporte 45 ressortissants français et étrangers évacués de Kaboul, ainsi qu’une soixantaine de militaires de retour d’opérations extérieures depuis la base d’Abou Dhabi, a précisé une source du ministère des Armées

16h30 : Le mollah Abdul Ghani Baradar, co-fondateur et numéro 2 des talibans, est rentré en Afghanistan

Le mollah Abdul Ghani Baradar, co-fondateur et numéro deux des talibans, est rentré mardi en Afghanistan, en provenance du Qatar où il dirigeait le bureau politique du mouvement, deux jours après leur prise du pouvoir, a annoncé un de leurs porte-parole.

« Une délégation de haut niveau menée par le mollah Baradar a quitté le Qatar et atteint notre pays tant aimé cet après-midi et atterri à l’aéroport de Kandahar », dans le sud de l’Afghanistan, a déclaré sur Twitter Mohammad Naeem, un porte-parole des talibans.

16h00 : Les talibans entravent l’accès à l’aéroport de Kaboul des candidats afghans au départ

« Autour de l’aéroport de Kaboul, des postes de sécurité ont été mis en place par les talibans pour en contrôler l’accès », indique le ministère allemand de la Défense dans un rapport. Le ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas, a ajouté lors d’une conférence de presse qu’il n’y avait « aucune garantie » de la part des talibans que les personnels locaux afghans prêts à être évacués par Berlin soient « autorisés à passer ».

15h15 : Le chef de l’Otan fustige « un échec des autorités afghanes » face aux talibans

14h30 : La Chine fustige la « terrible pagaille » laissée par les Etats-Unis

La Chine, voisine de l’Afghanistan, a accusé mardi les Etats-Unis de « laisser une terrible pagaille » avec leur retrait, la prise de contrôle des talibans ayant notamment entraîné des scènes de chaos à l’aéroport de Kaboul.

Pékin s’est dit disposé à avoir des relations avec le nouveau régime que le mouvement islamiste afghan s’apprête à mettre en place après 20 ans de guerre.

14h15 : Moscou souhaite un dialogue de toutes les forces politiques, ethniques et confessionnelles

La Russie soutient le lancement d’un « dialogue national » en Afghanistan « avec la participation de toutes les forces politiques, ethniques et confessionnelles » du pays après la victoire des talibans, annoncé mardi le chef de la diplomatie russe.

« Nous voyons des signaux d’espoir du côté des talibans qui expriment leur désir d’un gouvernement avec d’autres forces politiques », a dit Sergueï Lavrov à la télévision russe.

13h48 : L’Ouzbekistan met en garde contre toute violation de sa frontière

L’Ouzbékistan a mis en garde mardi contre toute tentative de violation de sa frontière depuis l’Afghanistan et négocie sur ce point avec les talibans, l’ex-république soviétique ayant à coeur d’éviter une déstabilisation de la région.

« La partie ouzbèke entretient des relations étroites avec le mouvement taliban sur la question de la sécurisation de la frontière et du maintien du calme dans la zone frontalière », explique le ministère ouzbek des Affaires étrangères dans un communiqué. « Nous déclarons aussi résolument que toute tentative de violer les frontières nationales sera réprimée de manière ferme », poursuit-il.

L’Ouzbékistan a établi des contacts avec les talibans avant qu’ils ne reprennent le contrôle de l’Afghanistan, voulant éviter tout débordement sur son territoire. Ses représentations à Kaboul et Mazar-i-Sharif (nord de l’Afghanistan) continuent d’opérer.

13h33 : La Russie juge « positives » les assurances données par les talibans

Les assurances des talibans en matière de respect de la liberté d’opinion en Afghanistan sont un « signal positif », a jugé mardi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

« Le fait que les talibans à Kaboul proclament et démontrent dans la pratique leur disposition à respecter les opinions des autres constitue, à mon sens, un signal positif », a-t-il dit lors d’une rencontre avec des enseignants retransmise en ligne par son ministère.

13h20 : La Turquie salue les « messages positifs » envoyés par les talibans

La Turquie a estimé mardi que les messages envoyés par les talibans depuis leur prise du pouvoir à Kaboul étaient « positifs », ajoutant qu’elle avait des discussions avec le mouvement islamiste radical.

« Nous accueillons de manière positive les messages envoyés jusqu’à présent par les talibans, que ce soit aux étrangers et aux représentations diplomatiques, mais aussi à leur propre peuple », a déclaré le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue jordanien Ayman Safadi, à Amman. « Nous espérons que cela se reflétera dans leurs actes », a poursuivi Mevlüt Cavusoglu. « Nous continuons de dialoguer avec toutes les parties en Afghanistan, y compris les talibans », a-t-il ajouté.

12h30 : L’Allemagne suspend son aide au développement

Le gouvernement allemand a annoncé ce mardi la suspension de son aide au développement à l’Afghanistan désormais contrôlé par les talibans.

« La coopération au développement du gouvernement est actuellement suspendue », a indiqué le ministre au Développement Gerd Müller dans un entretien au quotidien régional Rheinische Post alors que, selon le chef de la diplomatie, l’Allemagne verse chaque année au total 430 millions d’euros d’aide à ce pays

11h40 : L’ONU appelle les pays à interdire le renvoi d’Afghans vers leur pays

Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a demandé mardi que soient interdits les renvois forcés de ressortissants afghans vers leur pays, y compris les demandeurs d’asile dont la demande a été rejetée.

De son côté, le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme a demandé à la communauté internationale d’apporter tout son soutien aux Afghans qui se trouvent confrontés à un « risque imminent » dans leur pays, sous le nouveau régime taliban.

11h10 : Les images de l’aéroport Kaboul, « une honte pour l’Occident » selon le président allemand

Les scènes de détresse à l’aéroport de Kaboul depuis que les talibans se sont emparés du pouvoir en Afghanistan sont « une honte pour l’Occident », a jugé mardi le président allemand, Frank-Walter Steinmeier.

« Les images de désespoir à l’aéroport de Kaboul sont une honte pour l’Occident politique », a souligné le chef de l’Etat, insistant sur la « tragédie humaine » vécue par les Afghans qui tentent désespérément de quitter le pays et « dont nous sommes co-responsables ».

10h40 : 45 exfiltrés de Kaboul par la France attendus à Roissy mardi après-midi

Un Airbus A310 a décollé d’Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, et est attendu mardi après-midi à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, avec à son bord 45 ressortissants français et de pays partenaires exfiltrés de Kaboul par les autorités françaises, a indiqué le ministère des Armées.

« L’avion a décollé, il est attendu dans l’après-midi », a-t-on précisé de même source. D’autres rotations sont prévues dans les heures et jours à venir pour évacuer tous les ressortissants français, ainsi notamment que des Afghans ayant travaillé pour des organisations françaises et qui quittent le pays après sa chute aux mains des talibans

10h20 : La Turquie salue les « messages positifs » envoyés par les talibans

La Turquie a estimé ce mardi que les messages envoyés par les talibans depuis leur prise du pouvoir à Kaboul avaient été « positifs », ajoutant qu’elle avait des discussions avec le mouvement islamiste radical.

« Nous accueillons de manière positive les messages envoyés jusqu’à présent par les talibans, que ce soit aux étrangers et aux représentations diplomatiques, mais aussi à leur propre peuple », a déclaré le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu lors d’une conférence de presse en Jordanie retransmise par les chaînes de télévision turques.

10h10 : Arrivée aux Émirats des premiers évacués Français de Kaboul

Le premier avion évacuant des Français et certains Afghans de Kaboul tombée aux mains des talibans est arrivée mardi matin aux Émirats arabes unis, a annoncé la ministre des Armées Florence Parly.

« Après une situation très chaotique en fin de journée hier » à l’aéroport de Kaboul, un premier avion a pu atterrir puis repartir et est « arrivé en fin de nuit » sur une base française aux Émirats, a-t-elle déclaré à la radio RTL. Avec ce premier vol, « nous avons posé les bases d’un pont aérien entre Kaboul et les Émirats arabes unis », où la France dispose d’une base militaire, la Base aérienne 104 d’Al Dhafra.

9h50 : La gauche s’indigne des propos de Macron sur l’immigration

Plusieurs responsables de gauche se sont indignés mardi des propos d’Emmanuel Macron qui a affirmé que « nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants » lundi dans son intervention sur l’Afghanistan.

Devant le début de polémique, et alors que ses propos avaient été raillés par le lanceur d’alerte Edward Snowden d’un tweet lapidaire : « Emmanuel Le Pen ! », le chef de l’Etat avait précisé lundi peu avant minuit sur Twitter, à propos de ses déclarations « que certains veulent détourner », que « la France fait et continuera de faire son devoir pour protéger celles et ceux qui sont les plus menacés ».

9h30 : Berlin appelle l’Otan à tirer les leçons de l’échec en Afghanistan

La ministre allemande de la Défense a appelé mardi l’Otan, dont les représentants se réunissent dans la journée en urgence, à tirer les leçons de son échec en Afghanistan, alors que de difficiles opérations d’évacuation se poursuivent à Kaboul.

« Il y a beaucoup de sujets sur lesquels nous devons nous pencher au sein de l’Otan » suite à la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans après 20 ans de présence militaire occidentale dans le pays, a estimé la ministre allemande, Annegret Kramp-Karrenbauer, sur la chaîne de télévision ZDF.

08h40 : La délégation afghane privée de Jeux Paralympiques

En raison du chaos dans lequel se trouve actuellement le pays, les deux athlètes afghans qualifiés pour les Jeux Paralympiques ne pourront pas y participer. En effet, avec l’annulation à l’aéroport de Kaboul de tous les vols commerciaux, Zakia Khudadadi et Hossain Rasouli, tous deux engagés en taekwondo, ne pourront pas se rendre à Tokyo entre le 24 août et le 5 septembre.

08h13 : L’Otan doit décider de son rôle futur en Afghanistan

Les ambassadeurs des pays de l’Otan tiennent dans la journée une réunion d’urgence pour discuter de la situation en Afghanistan. Parmi les nombreuses interrogations qui seront soulevées, celle de savoir si c’est désormais aux pays de l’Otan d’assumer ou non les tâches endossées jusqu’ici par les Etats-Unis. « La question va se poser pour nous aussi ensuite de savoir si nous sommes prêts à assumer les conséquences », a déclaré la ministre allemande de la Défense, appelant mardi l’Otan à tirer les leçons de son échec en Afghanistan.

08h00 : Qui sont les nouveaux chefs au pouvoir en Afghanistan ?

Ashraf Ghani, le président afghan a été contraint de fuir son pays. A sa place désormais, le mollah Haibatullah Akhundzada, dont les partisans se sont installés dimanche dans le palais présidentiel de la capitale sous les yeux du monde entier. 20 Minutes fait le point sur les acteurs de cette prise de pouvoir​.

 

07h45 : Les talibans ont gagné la guerre de terrain, mais pas la guerre économique

« Les actifs de la Banque centrale que le gouvernement afghan possède aux Etats-Unis ne seront pas mis à la disposition des talibans​ », a assuré lundi un responsable de l’administration Biden. Au total, les réserves brutes de la Banque centrale afghane s’élevaient à 9,4 milliards de dollars fin avril, selon le Fonds monétaire international (FMI).

07h33 : « Amnistie générale » proclamée

Les talibans annoncent une « amnistie générale » pour tous les fonctionnaires d’Etat. « Donc vous devriez reprendre vos habitudes de vie en pleine confiance », ont indiqué les nouveaux dirigeants du pays dans un communiqué.

07h30 : Biden est enfin sorti de son mutisme

Tenu pour responsable par certains de la situation actuelle en Afghanistan, le président des Etats-Unis, a assuré dans un discours lundi que la mission de Washington n’avait jamais été de bâtir une nation démocratique dans le pays instable, mais « d’empêcher une attaque terroriste sur le sol américain ». « Après 20 ans, j’ai appris à contre-coeur qu’il n’y avait jamais de bon moment pour retirer les forces américaines », s’est-il défendu. « La vérité est que tout cela s’est déroulé plus rapidement que nous l’avions prévu », a toutefois concédé le démocrate.

 

07h13 : Le comportement des talibans sous surveillance américaine

Les Etats-Unis ont affirmé lundi qu’ils reconnaîtraient le nouveau gouvernement mené par les talibans en Afghanistan à condition qu’il « préserve les droits fondamentaux de son peuple (…) y compris de la moitié de sa population -ses femmes et ses filles- ». Washington a également affirmé qu’il pourrait « travailler » avec le mouvement islamiste s’il « n’offre pas de refuge aux terroristes ».

 

6h59 : Emmanuel Macron ne veut pas lâcher « nos alliés »

Le président s’est exprimé hier soir. Voici ses principales déclarations :

 

6h57 : Bonjour à tous. Ce Live va vous permettre de suivre les derniers événements en Afghanistan. Nous reviendrons notamment sur l’allocution hier soir d’Emmanuel Macron. Bon début de journée

L’Afghanistan est aux mains des talibans depuis dimanche. La situation sur place est encore très tendue notamment à l’aéroport de Kaboul où les militaires américains évacuent les derniers étrangers et quelques Afghans. Pour vous aider à suivre et comprendre les événements dans le pays, 20 Minutes ouvre pour vous ce live afin de vous donner les dernières informations sur la situation.