Afghanistan : La Russie assure vouloir réunir le Conseil de sécurité de l'ONU

DIPLOMATIE Pour éviter une catastrophe humanitaire et le risque d'un nouveau foyer de terrorisme 

20 Minutes avec AFP
— 
Des combattants talibans sont entrés dimanche dans la périphérie de la capitale afghane, resserrant davantage leur emprise sur le pays alors que les travailleurs paniqués fuyaient les bureaux du gouvernement et que les hélicoptères atterrissaient à l'ambassade des États-Unis dimanche 15 août 2022.
Des combattants talibans sont entrés dimanche dans la périphérie de la capitale afghane, resserrant davantage leur emprise sur le pays alors que les travailleurs paniqués fuyaient les bureaux du gouvernement et que les hélicoptères atterrissaient à l'ambassade des États-Unis dimanche 15 août 2022. — Rahmat Gul/AP/SIPA

La Russie œuvre avec d’autres pays pour la tenue d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l' ONU sur l' Afghanistan, où les talibans semblent en passe de prendre le pouvoir, a indiqué un haut responsable diplomatique dimanche.

« Nous y travaillons », a déclaré Zamir Kaboulov, émissaire du Kremlin pour l’Afghanistan, cité par les agences de presse russes, assurant que la réunion devrait se tenir bientôt.

« La situation nécessite une intervention immédiate du Conseil de sécurité de l’ONU. Il est important d’éviter une nouvelle catastrophe humanitaire et une menace accrue pour la sécurité et la stabilité dans la région », a déclaré pour sa part le président de la commission des affaires étrangères au Parlement russe, Léonid Sloutski.

Moscou considère l’Afghanistan comme faisant partie de sa sphère d’influence

Il a appelé à « intensifier les efforts diplomatiques de l’ensemble de la communauté internationale » pour stabiliser la situation en Afghanistan, pays situé près des ex-républiques soviétiques d’Asie centrale que Moscou considère comme faisant partie de sa sphère d’influence.

« Nous ne pouvons pas permettre la création d’un nouveau foyer de terrorisme à proximité immédiate des frontières russes et de nos partenaires », a souligné Léonid Sloutski.

Le vice-président de la chambre haute du Parlement russe, Konstantin Kossatchev, a de son côté estimé sur Facebook qu’il fallait « intensifier les efforts diplomatiques régionaux » et définir une « ligne commune » entre la Russie, les voisins de l’Afghanistan en Asie centrale et la Chine, l’Inde et le Pakistan.

Il a estimé que la situation actuelle en Afghanistan était prévisible du fait de la « fuite » des troupes américaines du pays, bien que la « rapidité de ce qui se passe soit surprenante ».

La Russie est l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, aux côtés des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de la France et de la Chine.

Les talibans aux portes du pouvoir

Les talibans se rapprochaient dimanche de la prise complète du pouvoir en Afghanistan, après une campagne militaire d’une rapidité extrême qui les a menés aux portes de Kaboul, où leurs combattants ont reçu l’ordre de ne pas entrer.

La Russie fait partie des pays ayant reçu des garanties de la part des talibans quant à la sécurité de leurs ambassades, a expliqué dimanche Zamir Kaboulov. Il a souligné qu'« aucune évacuation » de sa représentation diplomatique n’était prévue.