Coronavirus : L'Arabie Saoudite va rouvrir ses frontières aux pèlerins étrangers vaccinés

RELIGION Les autorités saoudiennes commenceront à accepter les demandes d’entrée dans le pays à partir de lundi 9 août

20 Minutes avec AFP
— 
L'Arabie saoudite va permettre aux pèlerins vaccinés contre le coronavirus venant de l'étranger d'effectuer la Omra, le petit pèlerinage musulman.
L'Arabie saoudite va permettre aux pèlerins vaccinés contre le coronavirus venant de l'étranger d'effectuer la Omra, le petit pèlerinage musulman. — Amr Nabil/AP/SIPA

La date n’était pas encore définie mais elle était attendue. L’Arabie saoudite va permettre aux pèlerins vaccinés contre le coronavirus venant de l’étranger d’effectuer la Omra, le petit pèlerinage musulman, 18 mois après la fermeture des frontières du royaume, gardien des deux villes saintes de l’islam. Les autorités saoudiennes commenceront à accepter les demandes d’entrée dans le pays à partir de lundi 9 août, a précisé dimanche l’agence de presse saoudienne officielle SPA.

Les pèlerins étrangers désireux de se rendre à la Mecque devront être vaccinés, avec un vaccin reconnu par l’Arabie saoudite (Pfizer, AstraZeneca, Moderna et Johnson & Johnson), et se soumettre aux règles de quarantaine, a ajouté l’agence, citant le ministère chargé des pèlerinages.

Jusqu’à deux milliers de pèlerins chaque mois

Chaque mois, jusqu’à deux millions de pèlerins pourront effectuer la Omra, réservée jusqu’alors aux seuls pèlerins vaccinés résidant en Arabie saoudite. Les autorités sont en train d’établir une liste des pays autorisés, et de se pencher sur des mesures à mettre en place pays par pays, toujours selon SPA.

L’épidémie de Covid-19 a fortement perturbé les pèlerinages du hajj - grand pèlerinage annuel - et de la Omra, sources importantes de revenus pour le royaume. Le mois dernier, les autorités saoudiennes ont organisé le hajj pour la deuxième année de suite dans un contexte de pandémie, limitant les pèlerins à 60.000 Saoudiens et étrangers résidents vaccinés, une hausse par rapport au chiffre de 10.000 de l’année précédente. En 2019, 2,5 millions de personnes avaient effectué le hajj.

« Soulagement »

Le petit pèlerinage, qui contrairement au hajj peut être accompli tout au long de l’année, attire en temps normal des millions de visiteurs du monde entier chaque année. L’annonce de la reprise de la Omra a suscité la joie de fidèles. « Je me sens soulagé de reprendre la Omra. Psychologiquement j’ai besoin d’aller à La Mecque », a déclaré à l’AFP Ahmad Hamadna, directeur commercial égyptien de 33 ans.

L’ingénieur égyptien Mohammed Rajab, qui réside en Australie, s’inquiète toutefois. « Il y aura beaucoup de monde, et la possibilité d’infection sera élevée, même si les pèlerins sont vaccinés », a-t-il confié par message. Tous deux ne pourront pas se rendre directement en Arabie saoudite en raison de la suspension des vols directs entre l’Egypte et l’Arabie saoudite, ainsi que la suspension des vols internationaux en Australie.

Aubaine économique

En temps normal, le hajj et la Omra rapportent quelque 12 milliards de dollars (10,2 milliards d’euros) par an à l’Arabie saoudite, qui tente de diversifier son économie ultra-dépendante du pétrole. Ils représentent aussi une aubaine pour les compagnies aériennes et les agences de voyages.

Coiffeurs, voyagistes ou vendeurs de souvenirs… A La Mecque, ce sont des centaines de milliers d’emplois qui ont pâti de la pandémie. En 2020, seulement 5.8 millions de personnes ont effectué la Omra, soit une baisse de 69 % par rapport à 2019 selon les chiffres officiels. Et lors du hajj cette année, marqué par un protocole sanitaire strict, les rues de La Mecque étaient quasi vides. Les magasins sont restés déserts et certains hôtels et boutiques à souvenirs fermés.

Une campagne de vaccination accélérée

Depuis le début de la crise sanitaire, l’Arabie saoudite a officiellement enregistré plus de 532.000 cas de coronavirus et plus de 8.300 décès. Le gouvernement a accéléré début août la campagne de vaccination, dans le but de relancer le tourisme et d’accueillir événements sportifs et spectacles. La vaccination est désormais obligatoire pour entrer dans les établissements publics et privés, y compris les établissements scolaires et les lieux de divertissement, ainsi que pour utiliser les transports publics.

Fin juillet, le royaume avait aussi annoncé la réouverture de ses frontières aux touristes étrangers vaccinés à partir du 1er août. Longtemps reclus, le royaume a délivré ses premiers visas touristiques en 2019. Entre septembre 2019 et la fermeture des frontières en mars 2020, il a enregistré 400.000 visas touristiques.