Israël mène des frappes contre le Liban, en riposte à des tirs de roquettes du Hezbollah

CONFLIT La Force intérimaire des Nations unies (Finul), s'inquiète d'une escalade « très dangereuse » à la frontière entre Israël et le Liban

20 Minutes avec AFP
— 
L'une des zones touchées par des tirs de roquette libanais, le 4 août 2021 (illustration).
L'une des zones touchées par des tirs de roquette libanais, le 4 août 2021 (illustration). — Ariel Schalit/AP/SIPA

Deux jours après des tirs de roquettes contre Israël en provenance du Liban, l’armée israélienne a mené des frappes sur son voisin.

Mercredi, trois roquettes avaient été tirées du Liban vers Israël : deux projectiles étaient tombés sur le sol israélien en Israël et le troisième n’avait pas traversé la frontière, selon l’armée israélienne. Celle-ci avait d’abord répliqué avec des frappes d’artillerie puis avec des frappes aériennes sur le Liban, les premiers raids depuis des années.

Vendredi, l’armée a de nouveau mené des frappes, après que « plus de 10 roquettes ont été tirées » du Liban vers Israël, d’après un communiqué militaire, qui ne fait pas état de victime.

Une escalade « très dangereuse », selon la Force intérimaire des Nations unies

« La plupart des roquettes ont été interceptées par le système de défense aérienne », a rapporté l’armée israélienne dans un communiqué.

Si les tirs n’avaient initialement pas été revendiqués, le Hezbollah a déclaré le 6 août être à l’origine des dizaines de roquettes visant les territoires de la région contestée du Mont Dov en réponse aux frappes aériennes israéliennes sur le sud du Liban.

De son côté, la Force intérimaire des Nations unies (Finul), déployée dans le sud-Liban pour faire tampon entre les deux pays, a dénoncé une escalade « très dangereuse » à la frontière.

En 2006, la dernière grande confrontation entre Israël et le Hezbollah avait fait plus de 1.200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, principalement des militaires.