Australie : Un pasteur inculpé pour avoir dissimulé des agressions sexuelles

VIOLENCES Le père du pasteur, Frank, mort en 2004, a été accusé d’avoir sexuellement agressé un garçon de sept ans lorsqu’il était prédicateur au sein de l’Eglise des Assemblées de Dieu

20 Minutes avec AFP
— 
Des policiers à Sydney en Australie (illustration)
Des policiers à Sydney en Australie (illustration) — DAVID GRAY / AFP

Un pasteur australien, cofondateur d’une méga-église présente à travers le monde, a été inculpé jeudi pour avoir dissimulé des agressions sexuelles qui auraient été commises par son père dans les années 1970. A l’issue de plusieurs années d’enquête, la police a accusé Brian Houston, 67 ans, qui a participé à la fondation d’Hillsong, une Eglise évangélique, de ne pas avoir signalé des agressions commises sur un jeune garçon.
Brian Houston, une figure de premier plan du pentecôtisme en Australie, entretient des liens avec le Premier ministre conservateur Scott Morisson.

Le père du pasteur, Frank, mort en 2004, a été accusé d’avoir sexuellement agressé un garçon de sept ans lorsqu’il était prédicateur au sein de l’Eglise des Assemblées de Dieu. En 2015, une commission d’enquête royale avait révélé que Brian Houston avait été informé de ces allégations en 1999 mais qu’il ne les avait pas signalées aux autorités. Cela avait donné lieu à l’ouverture d’une enquête par la police.

Par le passé, ce pasteur a rejeté toute dissimulation, affirmant avoir confronté son père à ces allégations et ne pas l’avoir dénoncé à la demande de la victime qui ne voulait pas rendre les choses publiques ou saisir la police.

« Je clame avec véhémence mon innocence »

« Ces accusations ont été un choc pour moi, étant donné la transparence dont j’ai toujours fait preuve à ce sujet », a-t-il déclaré jeudi dans un communiqué. « Je clame avec véhémence mon innocence et je (me) défendrai contre ces accusations, je suis heureux d’avoir l’occasion de rétablir la vérité ». Le Premier ministre australien, qui est déjà apparu à l’occasion d’événements organisés par l’Eglise Hillsong, a admis connaître « depuis longtemps » Brian Houston. Dans un communiqué, les services du chef du gouvernement ont souligné qu'« il s’agissait d’une affaire (du ressort) de la police » et qu'« il serait inapproprié de faire des commentaires ».

La police a déclaré jeudi qu’elle invoquerait devant le tribunal le fait que « l’homme connaissait des informations relatives à l’agression sexuelle d’un jeune homme dans les années 1970 et qu’il n’a pas porté ces informations à l’attention de la police ».
Dans un communiqué, l’Eglise Hillsong s’est dite « déçue » par cette inculpation, ajoutant que le pasteur, qui encourt jusqu’à cinq ans de prison, « a hâte de laver son nom ».
Présente dans 28 pays, elle affirme compter des célébrités parmi ses adeptes.
Elle possède même sa propre maison de disques.