Coronavirus : Washington rejette le moratoire demandé par l'OMS sur les doses de rappel jusqu'à fin septembre

EPIDEMIE Plusieurs pays ont indiqué ces derniers jours qu'ils proposeraient bientôt une troisième dose de vaccin anti-Covid  

F.F. avec AFP
— 
Illustration du vaccin Pfizer.
Illustration du vaccin Pfizer. — Marcin Bruniecki/Shutterstock/SIPA

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle ce mercredi à un moratoire sur les doses de rappel du vaccin anti- coronavirus jusqu’à fin septembre. Le patron de l’OMS estime qu’il est souhaitable de pouvoir mettre ces doses à disposition des pays qui n’ont pu immuniser qu’une partie infime de leur population.

« Nous avons un besoin urgent de renverser les choses : d’une majorité de vaccins allant dans les pays riches à une majorité allant dans les pays pauvres », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, ajoutant que le moratoire devrait durer au moins jusqu’à la fin septembre, lors d’un point de presse de l’OMS à Genève.

Priorité aux pays pauvres

L’institution réagit ainsi aux annonces de plusieurs pays de proposer bientôt une troisième dose de vaccin anti-Covid à leur population, dans le but de lutter contre la flambée épidémique liée au variant Delta.

Dimanche, l’Allemagne a annoncé qu’elle proposerait à la rentrée une troisième dose de vaccin contre le Covid-19 à certains de ces citoyens. Le ministère allemand a expliqué avoir pris cette décision après la publication d’études montrant que la réponse immunitaire se réduisait chez certaines populations vulnérables, même entièrement vaccinées.

Les Etats-Unis disent non à l’OMS

Ce moratoire demandé par l’OMS a déjà reçu un accueil défavorable de la Maison Blanche. Elle estime que les Etats-Unis n’avaient « pas besoin » de choisir entre en administrer à leurs citoyens ou en faire don à des pays pauvres. « C’est une fausse alternative », a dit Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche. « Nous pensons que nous pouvons faire les deux » et « nous n’avons pas besoin de choisir » entre administrer des rappels aux Américains, ce qui n’est d’ailleurs pas encore officiellement prévu, ou aider les pays pauvres.

Elle a rappelé que les Etats-Unis avaient déjà distribué plus de 100 millions de doses de vaccin ​contre le Covid-19 à des pays moins favorisés, soit plus, selon Washington, que les dons de tous les autres pays du monde réunis.

Les Etats-Unis n’ont pas à ce jour pris de décision sur l’administration de doses de rappels. Mais l’Allemagne et Israël ont d’ores et déjà annoncé des campagnes pour une troisième dose, pour les vaccins nécessitant deux doses initiales, à destination notamment des personnes âgées.