Coronavirus : Des documents américains sonnent l’alarme face au variant Delta et assurent que « la guerre a changé »

PANDEMIE Ces documents internes de l’agence sanitaire des Etats-Unis s’appuient sur une analyse de près de 900 cas de Covid-19 dépistés après des festivités du 4-Juillet, où trois quarts des participants à l’évènement étaient vaccinés

20 Minutes avec AFP
— 
Les contaminations grimpent sous l'effet du variant Delta, très contagieux.
Les contaminations grimpent sous l'effet du variant Delta, très contagieux. — Fred TANNEAU / AFP

Le variant Delta du Covid-19 est aussi contagieux que la varicelle, a probablement des effets plus graves que ses prédécesseurs et les personnes contaminées semblent autant le transmettre qu’elles soient vaccinées ou non, selon des documents officiels américains. Ces constats, qui s’appuient sur des études scientifiques, figurent sur une présentation circulant en interne au sein des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence sanitaire des Etats-Unis.

La présentation s’appuie notamment sur une analyse menée à Provincetown, dans l’Etat du Massachusetts, où près de 900 cas de Covid-19 ont été dépistés après les festivités de la fête nationale du 4-Juillet, bien que les trois quarts des participants à l’évènement aient été vaccinés. Or, il n’y avait « pas de différence » dans la charge virale des personnes vaccinées ou non vaccinées, selon la présentation des CDC, ce qui semble indiquer un même degré de contagiosité quel que soit le statut vaccinal.

Recommander à nouveau le port du masque en intérieur pour les vaccinés

Ce constat « est le facteur principal du changement des recommandations du CDC » sur le masque, explique Celine Gounder, spécialiste des maladies infectieuses à l’université de New York : « Ce n’est pas pour protéger les personnes vaccinées qui, si elles sont infectées, auront des symptômes légers, voire aucun, mais on constate qu’elles peuvent contaminer d’autres personnes. » Par ailleurs, les documents du CDC montrent que les contaminations de personnes vaccinées ne sont pas aussi rares qu’on le pensait avec « 35.000 infections symptomatiques par semaine sur les 162 millions d’Américains vaccinés ».

Révélés par le Washington Post, ces documents, dont l’authenticité a été confirmée à l’AFP, s’accompagnent d’une mise en garde à l’égard des responsables : « la guerre a changé ». Ainsi, la directrice des CDC, Rochelle Walenksy, s’est appuyée sur les données de la présentation pour recommander à nouveau, depuis deux jours, le port du masque en intérieur pour les personnes vaccinées dans les zones à haut risque.

Le risque de mourir ou d’être gravement malade est divisé par dix avec un vaccin

Sur la base d’études internationales, les CDC jugent que le Covid-19 était initialement à peu près aussi contagieux que la grippe, mais est devenu comparable à la varicelle - une personne contaminée par le variant Delta le transmettant à huit autres en moyenne - et toujours en deçà de la rougeole. Des données du Canada, de Singapour et d’Ecosse suggèrent qu’il pourrait être plus dangereux, avec davantage d’hospitalisations et de morts.

L’efficacité des vaccins varie, mais dans leur présentation, les CDC estiment que le risque de mourir ou d’être gravement malade est divisé par dix avec un vaccin et le risque d’être contaminé au moins par trois. Ce qui revient à dire que les vaccins sont efficaces à 90 % contre les formes sévères et à 67 % contre les infections. Pour les experts, les vaccins restent donc la solution à la crise sanitaire.