Coronavirus aux Etats-Unis : Le masque pour les employés de Walmart, le vaccin pour ceux de Disney

PANDEMIE Ces décisions interviennent quelques jours après les nouvelles recommandations de la principale agence fédérale de santé publique des Etats-Unis

20 Minutes avec AFP
— 
Le siège de Disney à Burbank, en Californie.
Le siège de Disney à Burbank, en Californie. — Dania Maxwell/Los Angeles Times

Aux Etats-Unis, les grands groupes serrent la vis un à un. Face au variant Delta, Walmart a demandé vendredi à tous ses collaborateurs de remettre le masque dans les zones où le coronavirus est virulent, tandis que Disney ​a rendu le vaccin obligatoire pour tous ses salariés.

Ces décisions interviennent quelques jours après les nouvelles recommandations de la principale agence fédérale de santé publique des Etats-Unis (CDC), qui a de nouveau préconisé le port du masque en intérieur dans les zones où la circulation du virus est importante, même pour les personnes vaccinées.

Walmart et ses prises de position

Pour les clients, le numéro un de la distribution aux Etats-Unis Walmart prévoit de poster des affiches à l’entrée de ses établissements les encourageant « fortement » à se couvrir le bas du visage, sans toutefois les y obliger. Mais le port du masque s’imposera aux salariés travaillant dans les supermarchés, les entrepôts et les bureaux, qu’ils aient ou non reçu le sérum, précise Walmart sur son site internet. L’entreprise, qui a plusieurs fois donné le ton sur les consignes à suivre depuis le début de la pandémie, indiquera chaque semaine les zones concernées, en fonction des nouvelles données du CDC sur les taux de transmission.

L’été dernier, lorsque le masque était devenu aux Etats-Unis un symbole d’appartenance politique entre pro et anti-Trump, Walmart avait pris position en rendant le port obligatoire dans ses magasins, au risque de déplaire à une partie de sa clientèle. En mai, au lendemain de l’annonce d’un assouplissement des recommandations sur les masques par les CDC, le groupe avait décidé que la protection faciale n’était plus obligatoire dans ses magasins, mais qu’elle restait de rigueur lorsque la législation locale l’exigeait.

Après Google, Facebook, Uber…

Disney a aussi ré-imposé cette semaine le masque à ses visiteurs dans les endroits fermés de ses parcs d’attractions. Et vendredi, le géant du divertissement a donné 60 jours à tous ses employés non-syndiqués pour se faire entièrement vacciner et a entamé des discussions pour les employés syndiqués. « Les vaccins sont le meilleur outil dont nous disposons pour aider à contrôler cette pandémie mondiale et protéger nos employés », justifie le groupe dans un communiqué.

Google et Facebook avaient annoncé mercredi qu’ils exigeraient de tous leurs employés amenés à se rendre dans leurs locaux qu’ils soient vaccinés. Uber leur a emboîté le pas jeudi, selon des médias américains. Walmart va aussi exiger des salariés travaillant au siège et ceux travaillant dans des bureaux régionaux et voyageant régulièrement d’être vaccinés d’ici au 4 octobre, selon un mémo interne consulté par l’AFP. Pour encourager les salariés travaillant dans ses magasins, le groupe a doublé la prime à la vaccination, à 150 dollars. Twitter a pour sa part décidé de refermer ses bureaux de New York et de San Francisco, et de mettre en suspens tous les projets de réouverture d’autres sites.

Les fonctionnaires ne sont pas en reste : Joe Biden a pris une série de mesures jeudi pour doper la vaccination aux Etats-Unis, parmi lesquelles l’obligation pour des millions d’employés fédéraux soit d’être vaccinés, soit de porter le masque en continu et de se soumettre à des tests réguliers.