Etats-Unis : Le tueur dans des salons de massage d’Atlanta condamné à la perpétuité

PREMIER VERDICT Les fusillades ne sont pas toutes couvertes par ce jugement. Dans un deuxième procès, Robert Aaron Long risque la peine de mort

20 Minutes avec AFP
— 
Robert Aaron Long lors de l'audience devant la procureure du comté de Fulton, le 27 juillet 2021.
Robert Aaron Long lors de l'audience devant la procureure du comté de Fulton, le 27 juillet 2021. — Ben Gray/AP/SIPA

Agé de 22 ans, il passera le reste de sa vie derrière les barreaux. L’auteur de tueries dans des salons de massage asiatiques à Atlanta aux Etats-Unis et dans sa banlieue a été condamné mardi à la rétention à perpétuité pour le premier volet de son attaque. Il reste en outre passible de la peine capitale pour la suite de sa virée meurtrière.

Robert Aaron Long a plaidé coupable des quatre meurtres commis le 16 mars dans un établissement d’Acworth, à 50 km d’Atlanta. A l’issue d’une audience en présence de proches des victimes, une juge l’a condamné à des peines de prison à vie incompressibles pour ce bain de sang.

Le même jour, il avait attaqué deux autres salons, situés dans la grande ville du Sud, fauchant quatre vies supplémentaires. Ces fusillades, ayant eu lieu dans une autre juridiction, font l’objet d’une procédure distincte. Contrairement aux autorités en charge du premier volet, la procureure du comté de Fulton, qui englobe Atlanta, a estimé que Robert Aaron Long avait un mobile raciste, six de ses huit victimes étant d’origine asiatique. La procureure Fani Willis a fait savoir qu’elle allait requérir la peine de mort en raison du caractère « horrible et inhumain » de ces meurtres. Aucune date de procès n’a encore été fixée.

Le scepticisme sur sa ligne de défense

Le jeune homme, un fervent chrétien adepte des armes, a toujours reconnu les faits, mais il a affirmé aux enquêteurs ne pas avoir de mobile raciste, se présentant comme un « obsédé sexuel » soucieux de supprimer « une tentation ». Selon le quotidien Atlanta-Journal-Constitution, il a répété ce discours mardi devant la juge Ellen McElya. Il a expliqué avoir acheté un pistolet dans l’idée de mettre fin à ses jours par « honte », s’être garé sur le parking d’un salon de massage qu’il avait fréquenté et avoir bu de l’alcool pendant une heure. Il a assuré avoir eu l’idée d’y entrer pour tuer ses occupants à ce moment-là. « Je voulais arrêter ce qui s’y passe et punir les gens », a-t-il déclaré, selon des propos rapportés par le journal local.

Cette ligne de défense a toujours suscité le scepticisme et la colère chez les Américains d’origine asiatique qui ont dénoncé les amalgames et préjugés pesant sur les femmes de leur communauté. Sans présager du résultat de l’enquête, le président démocrate Joe Biden avait estimé « très préoccupantes » la recrudescence des violences contre les Américains d’origine asiatique depuis le début de la pandémie.