Coronavirus en Algérie : Le pays lève la quarantaine pour les voyageurs

EPIDEMIE Les voyageurs devront désormais seulement présenter un test PCR de moins de 36 heures et se soumettre à un test antigénique à l’arrivée

20 Minutes avec AFP
— 
A l’aéroport d'Alger, le 1er juin 2021.
A l’aéroport d'Alger, le 1er juin 2021. — Fateh Guidoum/AP

La recrudescence des cas de contamination au coronavirus n’empêche pas pour l’instant l’ Algérie de poursuivre sa levée des restrictions sanitaires pour ceux voulant entrer dans le pays. Les autorités ont ainsi annoncé lundi la levée de l’obligation pour les voyageurs de s’isoler pendant cinq jours à l’arrivée.

Dans une note datée du 25 juillet et adressée au gouvernement, le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane précise que « les voyageurs doivent présenter un test PCR de moins de 36 heures et se soumettre à un test antigénique à l’arrivée ». Depuis le 1er juin, les voyageurs qui souhaitaient rentrer en Algérie devaient accepter d’être mis à l’isolement à leur arrivée dans un hôtel payé au moment de l’achat des billets.

Le mécontentement de la diaspora

Mais cette mesure avait déclenché l’ire des Algériens se trouvant à l’étranger. Il faut dire que des témoignages publiés dans les médias locaux avaient fait état de mauvaises conditions d’accueil dans certains hôtels sélectionnés.

Si cette décision est susceptible de rasséréner les Algériens de la diaspora désireux de rentrer au pays pour l’été, elle survient le jour même où un nouveau record d’infections a été enregistré, avec 1.505 cas en 24 heures. Face à cette troisième vague, les autorités ont sévèrement durci dimanche les mesures contre le Covid-19, interdisant notamment l’accès à des plages, et promis d’accélérer la campagne de vaccination qui a pris du retard. Les frontières aériennes restent ouvertes pour le moment.

Fermeture d'une partie des mosquées

Lundi, le ministère des Affaires religieuses a par contre décidé de fermer à nouveau les mosquées dans les 35 préfectures (sur 58) les plus affectées, dont Alger, Oran, Constantine et Sétif. Les édifices religieux avaient été rouverts en février après plus d’un an de fermeture.

L’Algérie, pays le plus peuplé du Maghreb avec ses 44 millions d’habitants, a officiellement recensé 163.660 cas, dont 4.087 décès. Mais ces chiffres, celui des décès en particulier, ne refléteraient pas la réalité, d’après des témoignages de certains professionnels de la santé rapportés par des médias. L’Institut Pasteur d’Algérie a annoncé dimanche sur sa page Facebook qu’au « 15 juillet, le variant Delta avait supplanté tous les autres variants circulant jusque-là, représentant 71 % des virus en circulation ». L’Institut prévoit « un taux supérieur à 90 % dans les semaines à venir ».